Overland lance de nouveaux serveurs NAS et s’oriente vers le cloud privé

Tendances IT

Overland a lancé ce 11 octobre sa nouvelle gamme de serveurs NAS nommés SnapServer DX. Au passage, Andy Walsky, son VP EMEA, revient sur la stratégie channel de la firme.

SnapServer DX est un gros serveur NAS. Il est décliné en deux modèles : le SnapServer DX1 (dit « 1U ») et le SnapServer DX2 (2U). C’est ce qui ressort des explications données par Andy Walsky, le vice-président des ventes EMEA d’Overland, à l’occasion de l’interview qu’il a accordée à nos confrères d’ITespresso.fr

Les NAS en question supportent tous deux le Dual Parity RAID-6 (ou Dynamic RAID), qui permet d’utiliser des disques-dur de différentes capacités et de n’allouer que les volumes utilisés (« pay as you grow » ). Ils peuvent cependant être configurés en « RAID traditionnel ».

Le DX1 est le moins cher des deux : il est disponible à partir de 1699 dollars HT avec 2 To de base, et 1999 dollars avec 4 To. Avec des SnapExpansion, il peut atteindre 120 To. Un volume suffisant pour 1 à 100 utilisateurs, si l’on en croit Overland.


Le SnapServer DX1

 

Le DX2 est lui destiné à gérer entre 100 et 500 utilisateurs. Sa version de base en version 4 To coûte 3 999 dollars, en 8 To coûte 4 499 dollars, et en 36 To coûte 7 199 dollars. Sa capacité, avec extensions, peut cependant être augmentée jusqu’à 288 To.

Le DX2 possède 2 alimentations pour plus de sécurité, et inclut dans son prix la gestion de volumes (en option dans le DX1).

 

 

Le SnapServer DX2

Ces deux SnapServer tirent parti de Guardian OS 7.0, la nouvelle version du système d’exploitation « maison ».  Comme il s’agit d’un OS 64 bits, il n’est pas compatible avec les anciens matériels Overland.

L’argument de l’entreprise tient au fait qu’avoir son propre OS, basé sur Linux, lui permet de proposer des « caractéristiques du haut de gamme à des prix abordables » .

Quid alors des solutions Open Source, encore moins chères et de plus supportées par une communauté ? « Elles peuvent être moins chères, mais elles n’auront pas le même niveau fonctionnel » répond Andy Walsky, qui ajoute que contrairement à ses produits, les solutions concurrentes Open Source « ne proposeront peut-être pas des logiciels et du matériel totalement compatibles ».

Un œil sur l’entreprise et sur sa distribution

Basée à San Jose, Overland propose du hardware d’archivage (SAN, NAS, VTL et bandes magnétiques). En France, elle compte plusieurs clients de renom dans les industries de l’imagerie médicale, de la finance et de l’assurance.  Reste que la cible est principalement celle des PME, avec des offres qui se veulent « simples et bon marché ».

Dressons d’abord un bref état de la situation : Overland a réalisé 77,7 millions de dollars de chiffre d’affaires lors de son dernier exercice, sur une base de 100 000 à 150 000 clients (400 000 installations). Il a 160 employés. Son activité se concentre à plus de 50% aux États-Unis. Le reste est constitué par l’Europe (40%) et l’Asie (5%).

Les produits « étaient auparavant distribués en OEM et via le channel, maintenant c’est du 100% channel » précise Andy Walsky. Pour se procurer les SnapServers DX, il convient donc de passer par les 2 000 revendeurs et distributeurs partenaires d’Overland.

Rappelons que l’activité OEM consistait pour l’essentiel en un contrat avec HP… Un contrat perdu au profit de BDT, un concurrent allemand. Overland a d’ailleurs formé un recours en justice pour violation de brevets de la part de BDT…

Les canaux de distribution indirects de l’entreprise s’y retrouvent : Overland leur offre des marges substantielles, de l’ordre de 20% sur le 1U à 30% sur le 2U.

Pour développer sa stratégie Cloud, Overland a racheté l’année dernière Maxiscale.com, qui permet d’agréger des espaces de stockages (comme Gluster, récemment racheté par Red Hat). Et, en conséquence, la firme promet de proposer bientôt des solutions de « private cloud » agrégeant facilement différents servers NAS en un espace de stockage virtuel centralisé.

Pour notre interlocuteur, créer son petit nuage privé permet de conserver un contrôle total sur ses données et avec des tarifs attractifs à la clé. Des arguments de poids sur un marché du NAS qu’Overland tente de conquérir avec ses SnapServer, et bientôt ses services cloud, et qui représenter pas moins de 1,36 milliard de dollars cette année (en croissance de 16%).

Ses principaux concurrents en entrée et milieu de gamme ? HP et Dell, mais aussi Netgear et Iomega.