E-Commerce : les pure players bousculés par le multi-canal, selon la Fevad

Distribution

Ce matin, la Fevad a présenté son bilan du E-Commerce pour 2011. Aucun doute sur la santé économique du secteur, qui connait cependant des changements profonds. Par exemple la généralisation du multi-canal.

Le E-Commerce en France se porte bien ! Tel est d’emblée le constat fait ce 30 janvier par la Fevad (Fédération e-commerce et vente à distance) à la faveur de la présentation de son Bilan “E-Commerce 2011”.

L’an passé, ce sont 30,7 millions de Français qui ont acheté en ligne (+11% sur un an) et ils ont dépensé en moyenne 1250 euros en un an via 14 transactions (le panier moyen de chacune de ces transactions s’établissant à 90 euros).
En tout, le CA généré s’élève à 37,7 milliards d’euros (soit+22%), tandis que le nombre de sites actifs a également augmenté de 23%, pour atteindre 100 400 sites en fin d’année.

Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, a noté lors de la conférence de presse que “dans un contexte global très dégradé, les sites Internet ont maintenu leur croissance, malgré un fléchissement au deuxième trimestre.” “Un secteur tire son épingle du jeu, c’est l’habillement, en croissance de 12%, alors que le secteur B2B souffre du recul des investissements des entreprises” analyse-t-il.

Les pure players bousculés

Médiamétrie a aussi publié son baromètre trimestriel sur l’audience des sites, à la demande de la Fevad et d’Oxatis (acteur majeur du secteur). Dans le top 15, les pure players perdent de l’importance au profit des magasins en ligne compagnons des chaines traditionnelles. Ainsi, Darty et Decathlon entrent pour la première fois dans ce top 15, en compagnie de La Redoute, Voyages-SNCF, Carrefour, Les 3 Suisses et Leroy Merlin. A eux tous, ils prennent presque la moitié des places. Et le phénomène est visible pour les sites de toutes tailles.

A l’inverse, on trouve 13% des propriétaires de sites de E-Commerce à avoir indiqué vouloir “ouvrir un point de vente physique” parmi leurs projets de développement en 2012. Un nouveau canal de distribution parmi d’autres. Ainsi, 34% des sites de E-Commerce sont présents sur les places de marchés virtuelles. La plus importante reste eBay (où sont présents 71% des entreprises concernées), suivie mais à lointaine distance par Amazon (26%) et PriceMinister (21%).

Autre fait important: la moitié (50%) des sites sont présents sur les moteurs marchands. Cette fois, c’est Google qui domine, avec Google Shopping qui référence à lui tout seul 77% des sites exploitant ce canal de distribution. Il est suivi par LeGuide.com, qui en référence pour sa part 58%.

Autre voie actuellement en plein boom: les réseaux sociaux. Ainsi 57% des entreprises françaises de commerce électronique utilisent Facebook, 33% ont un blog et 23% ont un compte Twitter.

Le mobile fait mouche

Le dernier canal n’est pas le moindre: le mobile. Ce que l’on appelle communément “M-Commerce” représente déjà 2% du chiffre d’affaires du secteur en 2011 (+250% !). Un chiffre qui a même atteint 3% à Noël. Les acteurs les plus en avance disposent de statistiques encore plus importantes. Xavier Court, co-fondateur de Vente-Privée, a ainsi expliqué que 15% des visiteurs uniques de son site passaient déjà par un téléphone, et les utilisateurs de tablettes voient également leur nombre exploser…  Cependant, le panier moyen est pour l’instant moins élevé depuis ces appareils bien qu’il soit en croissance sensible. A noter au passage qu’Android ne représente que 5% des visites mobiles !

Sur l’avenir du Web et de la vente physique, l’entrepreneur assure que “les consommateurs ne font plus la différence entre Internet et les magasins.” C’est un atout pour les sites Internet, qui ne souffrent plus du manque de confiance des consommateurs même si il y a encore et ici et là quelques moutons noirs (livraisons chaotiques, manque de répondant ou de contacts consommateurs, etc.)

Gauthier Picquart (co-fondateur de RueDuCommerce.com) prévient: “On va devoir changer notre façon de faire du commerce parce que dans 5 ans, la technologie aura complètement changé. Quand un tel propos est tenu par un pionnier du secteur et quelqu’un reconnu pour sa bonne veille technologique, on l’écoute…évidemment !

Logo : © iQoncept-Fotolia.com