Microsoft Office 2013 : une nouvelle génération plus mobile, plus Cloud et plus social

Tendances IT

Le cru 2013 de Microsoft Office, qui vient d’être présenté par Steve Ballmer le CEO de Microsoft, adopte un nouveau visage. La suite bureautique fétiche de la firme de Redmond s’invite sur les tablettes, s’entoure d’un Cloud de services et se fond naturellement dans l’environnement Windows 8 (bonus vidéo).

Changement d’ère ou changement d’air ? Le cru 2013 d’Office vient en tous cas d’être dévoilé et salue l’avènement de l’ère du post-PC. Il s’invite sur les tablettes, embrasse les nouveaux usages collaboratifs induits par la mobilité et plonge allègrement dans le Cloud.

Connectée aux réseaux sociaux, adaptée à l’interface tactile de Windows 8 et enrichie d’applications Web, cette quinzième mouture de la suite bureautique s’inscrit de fait dans la transition vers le poste de travail sans frontières (WBD, Without Bondaries Desktop).

A la virtualisation des parcs informatiques devenue une réalité tangible dans nombre d’organisations, Microsoft opposer un nouveau paradigme qui dépasse les limites du matériel pour appliquer la  démarche au logiciel.

Externalisé dans le nuage (ce qu’avait initié Office 365), Office 2013 s’entoure pour l’occasion d’un écosystème de services.

Et Microsoft n’en délaisse pas pour autant son  intégration en natif au sein de l’environnement Windows 8, que ce soit sous architecture ARM ou x86.

Auto satisfecit ma non tropo

Avec un milliard d’utilisateurs revendiqués au compteur, Microsoft a depuis longtemps fait le ménage autour de lui grâce à des applications mondialement et massivement adoptées: Word côté traitement de textes, Excel pour le tableur, Powerpoint pour les diaporamas, etc.

Le discours de Steve Ballmer qui accompagne ce lancement est, sans surprise, fortement teinté d’autosatisfaction. Pour lui, cette version 2013 est « un pari ambitieux sans précédent depuis belle lurette ».

Les premiers tests de la bêta publique, dénommée Consumer Preview, semblent lui donner raison. La suite parait idéalement taillée pour un usage en conjonction avec l’interface Metro et son Ruban. Elle s’accommode en particulier des commandes tactiles, au doigt comme au stylet.

Un usage sur tablettes sans nuage (mais dans le nuage) qui ne doit pas gommer le fait qu’Office 2013 demeure compatible avec Windows 7 et son sempiternel couple clavier-souris. Le support des systèmes XP et Vista s’avèrerait plus problématique et devrait être assuré ultérieurement.

Pour l’utilisateur final, la connexion initiale s’effectue via un identifiant Live ID (réservé aux particuliers) ou via un compte Office 365. La porte ouverte à une synchronisation des données sur n’importe quel terminal.

 

Que découvre-t-on ? Un nouveau mode d’abonnement se substituant au modèle traditionnel d’acquisition de licences par poste afin d’autoriser un accès à la demande aux différentes composantes de la suite, sur le principe du SaaS (« Software as a Service »).

Microsoft a précisé que ce mode de déploiement « tout numérique » se verra rejoindre par une version « retail » (en boîte, comme au bon vieux temps…).

Autour des quelques composantes installées en local graviteront divers outils collaboratifs. En  matière de communications unifiées, on retrouvera Skype et Lync à l’horizon 2013. En outre, au-delà des fonctions de partage de documents désormais intégrées à la suite, les nouveaux Word, Excel, PowerPoint, OneNote et Outlook se lient à des contenus externes tels que les cartes de Bing Maps ou bien les flux Facebook.

Quid des tarifs ?

Microsoft n’a pas dévoilé les tarifs des quatre formules payantes qui composeront son offre.

En revanche, on en sait plus sur les différentes déclinaisons de la suite.

Destinée aux particuliers et aux petits groupes, Office 365 Home Premium est connecté à Office 2013 et à l’espace de stockage en ligne SkyDrive. Le licence permet une installation sur un maximum de 5 terminaux, y compris les tablettes.

Côté entreprises, elles devront impérativement ouvrir, si ce n’est déjà fait, un compte Office 365. La version Small Business, qui autorise jusqu’à 10 utilisateurs (Google Documents / Drive propose l’équivalent gratuitement), donne notamment accès à un portail centralisé d’administration, ainsi qu’à un outil de création de pages Web.

La déclinaison ProPlus lève le seuil à 25 utilisateurs, avec des connecteurs Lync, Exchange et Sharepoint, mais aussi des options supplémentaires d’authentification, de définition de politiques d’accès et de diagnostic d’erreurs.

Pour un nombre illimité de collaborateurs, il conviendra de se tourner vers Office Enterprise, son système d’archivage et sa protection avancée des données.

 

Consultez ci-dessous : la vidéo officielle de Microsoft Office 2013 :