450 emplois supprimés chez Logitech, soit 13% de ses effectifs

Tendances IT

En interne, ils étaient nombreux à le redouter depuis l’annonce des derniers résultats décevants de la firme helvétique, faisant suite à plusieurs autres résultats en berne… Logitech a fait savoir qu’elle allait tailler à hauteur de 13% dans ses effectifs, soit la suppression de 450 postes. Objectif financier évoqué : réduire drastiquement ses coûts d’exploitation, de l’ordre de 80 millions d’euros par année fiscale.

Depuis l’annonce en avril dernier de résultats annuels en forte baisse, notamment une chute de 44 % de son bénéfice net (à 71 millions de dollars) et un chiffre d’affaires en recul aussi (bien que plus faiblement)  de 2,36 à 2,32 milliards de dollars (soit -2%), les personnels de Logitech s’attendaient à une mauvaise nouvelle, bien que l’entreprise ne soit pas habituée aux plans sociaux et autres mouvements de « dégraissements  pour causes financières ».

Ils avaient malheureusement raison : la direction de la firme helvétique, fabricant réputé de périphériques informatiques, a bien annoncé un plan de restructuration de nature à lui permettre d’économiser environ 80 millions de dollars par année fiscale.

Par voie de communiqué, Logitech a annoncé que ce plan débuterait au second semestre 2013,  qu’il devrait lui couter pas moins de 35 millions de dollars et qu’il prendrait fin à  la fin de l’année fiscale 2014.

450 postes vont être supprimés, soit 13 % de l’effectif mondial de la firme également implantée aux USA, en France et dans quelques autres pays. Et le plan social est estimé à un peu moins de 30 millions d’euros (28 exactement). La France, au même titre que les autres pays où est présent Logitech, devrait être concernée par cette coupe sombre.

Moins de produits, plus de produits exceptionnels

Triste d’annoncer une telle nouvelle, Bracken Darrell, le Président de Logitech a voulu s’expliquer en ces termes : « la réorganisation doit positionner la société afin qu’elle puisse enregistrer à nouveau non seulement de la croissance mais aussi de la profitabilité. Notre stratégie est désormais de proposer certes moins de produits mais ces derniers doivent être incontournables ».

L’annonce de plan de restructuration s’est suivie immédiatement par une baisse d’environ 3% du titre en bourse de Logitech. Et rien ne dit que la baisse ne va pas perdurer, certains analystes jugeant que le coût annoncé pour cette réorganisation serait sensiblement supérieur à celui évoqué par le fabricant Suisse.

Autre souci pour ces mêmes analystes : si Logitech assure depuis plusieurs mois qu’il va miser sur des produits innovants, tournés notamment vers la mobilité, le marché n’a pas encore vu concrètement ce que cela signifie et peine à voir de quelles innovations majeures il s’agit.

Logitech est depuis longtemps l’une des marques informatiques qui bénéficient d’une excellente réputation de sérieux et de finition de ses produits. Dans la concurrence farouche que se livrent les équipementiers, et sur des marchés où la variable prix a souvent pris le dessus sur la variable qualité, la firme a un sacré challenge devant elle !

Crédit photo: © benoit sarasin – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur