Adobe en passe d’être racheté par Microsoft ?

News Channel

Selon le NY Times, Microsoft et Adobe pourrait très bientôt célébrer leur union, ou plutôt le premier serait très empressé auprès de l’éditeur de Photoshop, de Flash et de tant d’autres produits incontournables… Un moyen de contrer l’ascension inexorable d’Apple qui dicte désormais son planning à tout un pan de l’industrie logicielle.

C’est la rumeur explosive du moment… Et elle gonfle à vue d’œil. D’autant que Nick Bilton, journaliste au New York Times, croit savoir que Steve Ballmer, le bouillant CEO de Microsoft aurait rencontré il y a quelques jours le CEO d’Adobe, Shantanu Narayen, dans les locaux de la firme à San Jose (Californie).
Selon Silicon.fr, les deux patrons auraient discuté à bâtons rompus de divers sujets… Le plus important étant de savoir comment les deux éditeurs pourraient collaborer afin de contrer Apple, principalement dans le secteur de la téléphonie mobile. Une discussion apparemment sans tabou dans laquelle l’acquisition d’Adobe par Microsoft aurait fait partie des options sérieusement envisagées.

Une option explosive, tant il est vrai que les deux éditeurs proposent des plates-formes RIA (Rich Internet Applications) très avancées. Curieusement, le marché a réagi positivement à cette rumeur – les actions des deux firmes sont aussitôt parties à la hausse -. Pour autant, tout n’est pas rose, car une fusion-absorption entre ces deux géants pourrait clairement chagriner les instances de surveillance des marchés financiers qui luttent contre l’apparition de positions monopolistiques.

D’aucuns n’imaginent pas qu’Adobe puisse ainsi tomber dans l’escarcelle de Microsoft et évoquent une hypothèse non abordé par le journaliste du NY Times : la réunion au sommet entre les deux CEO pouvait très bien avoir un autre but, sans doute moins excitant, mais aussi bien plus logique. Microsoft qui dévoile ces jours-ci sa plateforme mobile Windows Phone 7 sait bien que seuls les programmes .NET peuvent fonctionner sur cette dernière, empêchant ainsi le portage ‘direct’ de certains logiciels, comme Firefox… ou Flash. Or, Adobe a su prouver qu’elle pouvait créer des solutions alternatives, tel l’outil permettant de transformer les applications Flash en logiciels natifs pour l’iPhone. Ce véritable compilateur, employant LLVM, s’adapte aux exigences d’Apple. Il est donc plausible, voire probable, que Microsoft soit tout simplement venu demander poliment à Adobe de développer une version .NET (ou native ?) de son lecteur Flash et de son environnement d’exécution AIR, ce qui permettrait de mettre de nouveaux atouts du côté de Windows Phone 7 ! Et, accessoirement, d’en faire autant qu’avec la dernière mouture d’Android.

A suivre donc…

D’après article paru initialement sur Silicon et ITespresso.fr