1 juin 2012

« Big Data » : un mode de travail collaboratif et agile qui accélère l’évolution des entreprises

Les projets « Big Data » rendent l’information compréhensible, utilisable, partageable et ouverte. Ils constituent le meilleur outil, tant attendu, pour plus de transversalité et un réel travail collaboratif dans l’entreprise. Autre changement, le temps du « Big Data » est rapide : 5 à 8 semaines pour extraire les données, les analyser, bâtir des modèles fiables et déclencher les premières actions. Tout ceci mis en oeuvre pour et par des « task forces » transverses pour réellement permettre le mix d’expériences et de cultures, accroître la diversité et donc la richesse des analyses. Enfin un vrai levier technologique pour l’organisation matricielle qui souffrait depuis ses origines du non partage ou d’une incompréhension des informations entre des forces issues des « silos » fonctionnels, métiers ou géographiques du passé.

Et si les spécialistes de la récupération de données récupéraient vos données ?

Un disque dur n’est pas immortel… et donner son disque défectueux à une entreprise tierce pour récupérer les données s’y trouvant est une solution naturelle en cas de sinistre. Mais ce geste qui semble salvateur doit être mis en perspective d’une brèche de confidentialité. Car, en dépit des engagements contractuels de non divulgation d’information, il est délicat d’avoir une confiance aveugle, surtout quand les données à traiter sont sensibles pour l’entreprise…

SSII : le Canadien CGI sur le point de s’emparer de Logica

Le canadien CGI Group a annoncé ce jeudi le lancement d’une offre de rachat sur la SSII anglo-néerlandaise Logica, extrêmement présente dans l’hexagone. Ce, pour un montant de 1,7 milliard de livres (ou 2,1 milliards d’euros). Objectif : étendre géographiquement la présence de CGI.

40 millions pour la recherche universitaire

Intel fait cadeau de 40 millions de dollars au réseau de recherches universitaires « Intel Collaborative Research Institutes » (ICRI). La somme sera répartie sur 5 ans permettra aux experts de différents pays de travailler sur l’avenir de la technologie.