Réseau : ce que le SDN va changer pour le channel

Tendances IT
0 0 Donnez votre avis

Le marché du SDN devrait augmenter de 90% par an jusqu’en 2018, d’après IDC. Un nouveau marché prometteur pour les partenaires… à condition de se lancer à temps.

Pascal Gaillot - Network Business Unit Manager chez Dimension Data.
Pascal Gaillot, Dimension Data.

« Aujourd’hui l’infrastructure SDN est un Tsunami. Cette rupture technologique, annoncée il y a deux ans déjà, fait le buzz », explique Pascal Gaillot, network business unit manager chez Dimension Data. L’Infrastructure SDN (Software Defined Network) est une architecture qui simplifie l’administration du réseau en permettant de piloter le réseau de manière logicielle. Cette nouvelle solution intéresse les entreprises qui veulent simplifier l’administration de leur réseau. L’écosystème du SDN comprend l’infrastructure réseau physique, le contrôleur et les outils de virtualisation, ainsi que l’ensemble des services afférents, de sécurité et professionnels. Sans oublier les applications qui les accompagnent.

Un nouveau marché s’ouvre ainsi aux partenaires intégrateurs et revendeurs. IDC promet un gâteau de plus de 8 milliards en 2018 pour les solutions liées au SDN (Etude IDC datant d’août dernier). Le chiffre d’affaires généré par les solutions permettant de piloter le réseau de manière logicielle était de 940 millions de dollars en 2014. « Nous sommes au début de la vague, il faut se préparer et être prêt », confirme Pascal Gaillot. « Si l’on ne prend pas cette vague, nous allons perdre des parts de marché dans le futur. » Un avis partagé par Gwenaël Dubois, Ingénieur produit chez Interdata, spécialisé dans l’intégration des réseaux optiques, de l’architecture et de la sécurité réseau. « Ce n’est que le début du SDN en entreprise, même si les opérateurs y sont déjà passés, analyse-t-il. Pour les intégrateurs, c’est un virage à 180° : il faut aborder les projets côté software, se repositionner et évoluer pour aller vers les demandes clients. »

D’abord se former aux solutions SDN

Khalid Khalil Juniper Networks
Khalid Khalil, responsable partenaires sales de Juniper Networks.

Cette évolution nécessite l’acquisition de nouvelles compétences. « Les partenaires doivent passer par la formation. Comme pour le Cloud à ses débuts », explique Khalid Khalil, responsable partenaires sales de Juniper Networks. « C’est un sujet sérieux, le SDN devient un standard, il faut se spécialiser ». Le spectre des compétences nécessaires est en effet plus large que le métier de base des intégrateurs en réseau et en sécurité. Ils ont aujourd’hui la possibilité de développer de nouveaux services et d’ajouter de nouvelles briques à leurs offres. « Nous devons nous préparer pour être prêts en 2017-2018 », commente Gwénaël Dubois. Même objectif chez Dimension Data : « en interne, nous formons des consultants et les ingénieurs. Ces compétences n’existent pas sur le marché. Pour se former au SDN, il faut au minimum connaître les fondements du réseau, précise Pascal Gaillot. Les compétences de nos ingénieurs sont indispensables, mais ne suffisent plus. Il faut se lancer, nous devons nous transformer et avoir des communautés qui échangent sur ces sujets. »

Aider les entreprises à rendre leur réseau plus agile

Gwenaël Dubois, Ingénieur Produit chez Interdata
Gwenaël Dubois, ingénieur produit chez Interdata

D’après IDC, « bien que le SDN ait initialement intéressé les datacenters hyperscales et les fournisseurs de services Cloud de grande envergure, il est désormais adopté dans un nombre croissant de datacenters d’entreprises ». Les entreprises qui ont besoin de réactivité pour créer de nouvelles applications ou pour disposer de ressources en peu de temps s’intéressent désormais elles aussi à ces solutions. « Le SDN va permettre de développer les services plus rapidement et à la demande, selon les besoins des services métiers », souligne Gwenaël Dubois. « C’est une étape importante pour rendre son réseau plus agile. Il faut des grandes entreprises avec une taille cible minimum ou un secteur très spécifique qui a besoin d’une grande réactivité ».

Les applications SDN permettent de mettre en œuvre des architectures réseaux virtualisées et offrent la réactivité et l’agilité recherchée par les entreprises. « Il y a un besoin sur le marché où tout est aujourd’hui virtualisé. Or le point de blocage vient souvent du réseau qui n’a pas assez évolué, et freine l’agilité de l’infrastructure des clients, rappelle Pascal Gaillot. Le SDN est la solution dont tout le monde parle : récemment sur une prospection commerciale, nous avons décroché 25 rendez-vous clients sur le SDN au lieu de 4 ou 5 habituellement. Car la plupart de nos clients ne savent ni ce que cela va leur apporter, ni par quel bout prendre ce chantier. »

Comme avec le Cloud, les solutions SDN offrent un nouvel angle d’attaque aux partenaires, de nouvelles opportunités de business et de nouvelles cibles de clients. « Cela va changer notre façon de travailler, pense Pascal Gaillot chez Dimension Data. Aujourd’hui nous travaillons en silo par ligne d’activités différentes (datacenter, réseaux, sécurité). Il faut désormais travailler en commun. La facturation va également changer, les clients pourront payer à la consommation pour les périodes précises comme Noël par exemple. »

sdnSi le marché est jeune, de nombreux acteurs évaluent cette nouvelle technologie et certains l’ont déjà mise en place à petite échelle. Les clients recherchent pour cela des partenaires compétents et experts pour les accompagner vers ces nouvelles solutions. « La valeur du vendeur de solutions SDN est plus importante, plus stratégique qu’avec un vendeur de boites », explique Khalid Khalil chez Juniper Networks. « Ceux qui vont rester sur le réseau classique seront en retard et risquent de chuter ».