En France, le middleware en croissance dans le Cloud

Stratégies Channel

Le middleware connecte les applications de l’entreprise. Une fois encore, c’est la croissance du SaaS qui dynamise le marché. Selon IDC, en France, ce segment devrait progresser de plus de 22% par an d’ici 2021.

Les besoins d’intégration nés de projets de Cloud hybride transforment le marché français des solutions middleware. Celui-ci devrait croître en moyenne de 6% par an pour atteindre 435 millions d’euros en 2021 (contre 344 M€ en 2017), selon la société d’études IDC.

Une fois de plus, c’est le dynamisme du SaaS ou logiciel en tant que service (+22,3%) qui porte la croissance du marché middleware dans son ensemble. Le segment du middleware on-premise, lui, recule en moyenne de 2,5% par an. Malgré tout, il devrait encore peser 57% du marché en 2021, contre 43% pour le middleware en mode SaaS.

OpenText au top SaaS

Les poids lourds du middleware devront s’adapter. IBM est de ceux-là. Il est d’ailleurs le premier vendeur de middleware en France, lorsque l’on s’intéresse à la fois aux solutions sur site (on-premise) et dans le Cloud. Le groupe américain devance ainsi l’éditeur français Axway et la plateforme Swift. En revanche, dans le middleware en tant que service en France, c’est l’éditeur canadien de solutions de connectivité et de gestion de contenu OpenText qui domine. Il devance deux poids lourds du Cloud : AWS et Microsoft.

Le marché français des outils middleware. Source : Etude IDC mai 2017
Le marché français des outils middleware. Source : Etude IDC mai 2017

Du côté des solutions : les outils d’intégration d’applications d’entreprise (qui représentent 31% du marché en 2017, selon IDC) vont prendre progressivement l’ascendant sur le middleware Business to Business (B2B). Ce dernier représente encore 36% du marché, mais il devrait reculer de 4 points à 32% en 2021. Inversement, le middleware d’intégration devrait progresser de 6 points sur la période pour représenter 37% du marché en 2021.

Le middleware orienté évènements (ou « event-driven ») devrait rester stable à 18%. En revanche, les logiciels de transfert de fichiers perdraient un point à 14% en 2021.

Lire également :

Gestion d’actifs logiciels : frilosité d’entreprises françaises

Services IT : Hébergement et TMA le duo clé du marché français


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur