HPE : Meg Whitman cède la présidence à Antonio Neri

Nominations

Désormais président de Hewlett Packard Enterprise (HPE), mais pas encore directeur général, Antonio Neri doit rendre l’entreprise plus agile. Une série de cessions, coupes claires et acquisitions a chamboulé l’écosystème.

Meg Whitman cède son titre de présidente à l’un des profils les plus expérimentés du groupe américain : Antonio Neri. Le dirigeant de 49 ans doit rationaliser les activités de Hewlett Packard Enterprise (HPE) impactées par une série d’acquisitions, de cessions et de coupes claires. Le but de cette cure est de faire du groupe une entreprise plus agile. Une initiativee axée sur la croissance et la profitabilité, nommée « HPE Next » par la firme.

Ingénieur informatique de formation, l’homme est connu de l’écosystème. Il a rejoint le groupe en 1995. L’ingénieur était alors rattaché au service client/centre d’appels de l’entreprise couvrant la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). 20 ans plus tard, en novembre 2015, Hewlett-Packard Company a été séparée en deux entités : HP Inc. pour les PC et les imprimantes ; HPE pour les services et les solutions d’infrastructure.

La méthode Neri

Avant la scission en deux entités, Antonio Neri était président et directeur des départements serveurs et réseau de Hewlett-Packard Company. Auparavant, il pilota l’activité HP Technology Services (conseil et support informatique). Après la scission, il occupait le poste de vice-président exécutif et directeur de l’Enterprise Group de HPE (serveurs pour datacenters et entreprises, mise en réseau, stockage…).

Justement : « la promotion d’Antonio Neri reflète l’importance de ses contributions en tant que dirigeant de l’Enterprise Group, une activité qui représente plus de 80% du chiffre d’affaires de l’entreprise », déclare Meg Whitman par voie de communiqué. Pour les partenaires du groupe, c’est aussi le signe qu’Antonio Neri est appelé à lui succéder au poste de CEO…

Les années Whitman

Meg WhitmanMeg Whitman, de son côté, a rejoint en 2011 feu Hewlett-Packard Company. Elle fut présidente et directrice générale de l’entreprise, et présidente du conseil (board). Aujourd’hui, à 60 ans, elle reste Chief executive officer (CEO) de HPE et chairwoman de HP Inc., entre autres responsabilités…

Dans sa communication, Meg Whitman (en photo ci-contre) souligne l’importance du rôle joué par Antonio Neri dans les acquisitions par HPE de Aruba, SGI, SimpliVity ou encore Nimble. Elle ajoute que Neri va encadrer les efforts du groupe pour optimiser ses opérations après des cessions d’activités.

Ces derniers mois, en effet, HPE a fusionné ses services aux entreprises avec ceux de CSC. L’opération a donné naissance, au printemps 2017, au prestataire DXC Technology. Par ailleurs, HPE a initié le transfert de ses principaux actifs logiciels vers le britannique Micro Focus. L’entreprise américaine s’est également désengagée de son activité réseau H3C en Chine. Elle a aussi cédé ses activités OpenStack et CloudFoundry à SUSE

Pour couronner le tout, HPE, dont les revenus serveurs ont encore reculé au trimestre clos le 30 avril, s’interroge sur la stratégie à adopter sur ce marché. Se recentrer sur le haut de gamme fait partie des pistes envisagées par Whitman, avec l’assentiment de Neri ?

Lire également :

HPE dope son programme Partner Ready

Devant ses partenaires, HPE entame l’opération reconquête

crédit photos © Hewlett Packard Enterprise

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur