Gestion de contenu : le SaaS fait ses preuves

Tendances IT

Porté par le SaaS, l’investigation et la preuve électronique (eDiscovery), le marché français du logiciel de gestion de contenu devrait croître en moyenne de 8,3% par an d’ici 2020, selon IDC.

La transformation numérique des entreprises impacte positivement le marché français du logiciel de gestion de contenu (content management).  Celui-ci pèserait 323 millions d’euros en 2017, rapporte IDC France. Et ce marché devrait croître en moyenne de 8,3% par an pour atteindre 410 millions d’euros en 2020. Une bonne nouvelle pour les éditeurs. Ce sont les poids lourds américains de l’ECM (Enterprise Content Management) qui dominent. Dans l’Hexagone, IBM devance Microsoft et Adobe.

Autre enseignement de l’étude : les investissements en gestion de contenu s’orientent davantage dans le Cloud. Ainsi, le segment du logiciel en tant que service (SaaS) progresserait en moyenne de 22,7% par an, alors que celui du on-premise augmenterait de 3,9% « seulement » d’ici à 2020.

Content Management : le marché logiciel français. Source : Etude IDC, avril 2017.
Content Management : le marché logiciel français.
Source : Etude IDC, avril 2017.

On notera, par ailleurs, que c’est un spécialiste du WCM (Web Content Management), Acquia, qui domine ce segment SaaS de la gestion de contenu. L’entreprise cofondée par Dries Buytaert et Jay Batson devance ici Google et Microsoft. Mais le leadership pourrait être bouleversé à horizon 2020. Cette année-là, le SaaS représenterait près de 30% du marché français du management de contenu.

GDPR, investigation et preuve

Du côté des briques du content management, les simples plateformes de gestion de contenu sont les plus demandées (58% en 2017, 55% en 2020). Elles devancent les systèmes cognitifs/intelligents (IA) et d’analyse (stables à 28%). Seuls les outils de l’eDiscovery progresseraient sur la période (+3 points à 17% en 2020). Il faut dire que les problématiques de sécurité, conformité et traçabilité rendent plus pressantes l’investigation et la découverte de preuves électroniques (eDiscovery). L’arrivée en 2018 du Règlement européen sur la protection des données personnelles (GDPR) devrait amplifier le phénomène. Toutes les entreprises actives dans l’Union européenne sont concernées.

Lire également :

Big Data : une croissance portée par les grandes entreprises

IoT : les déploiements bondissent dans les entreprises

crédit photo © Ivelin Radkov / shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur