53% des PME et start-ups numériques peinent à se financer

Tendances IT

La nouvelle étude du Syntec sur le financement des PME du numérique et des start-ups montre qu’une majorité d’entre elles éprouve des difficultés à obtenir des financements. Malgré la politique accommodante des banques centrales…

Baromètre Syntec Numérique Le syndicat professionnel des ESN, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies révèle les résultats de sa seconde édition du baromètre financement des PME du numérique et des start-ups. On découvre notamment leurs difficultés à obtenir des financements, élément clé de leur développement. Plus de la moitié des entreprises sondées déclarent avoir des difficultés dans ce domaine. Pour 42% d’entre elles, les financements insuffisants sont l’un des principaux facteurs limitant leur croissance, derrière le recrutement (pour 54%), le coût élevé du travail (pour 46%) et la situation économique générale (pour 45%).

Paradoxalement, le baromètre indique que 71% des entreprises sont satisfaites des relations avec leur banquier, première source de financement. Leurs actions sont par contre jugées sévèrement par 74 % des entreprises sondées alors que les Business Angels sont jugés positivement par 60 % d’entre elles.Entreprises du numérique & financement privé- Baromètre Syntec 2016

« Cette situation est due aux difficultés réelles des PME du numérique à obtenir des ressources appropriées », explique le syndicat. « Cependant, des nuances sont perceptibles en fonction de l’état de santé de la société : l’entreprise en croissance bénéficie d’un accès aux financements sans précédent en termes de coût et de volume, alors que les entreprises éprouvées par la crise sont doublement pénalisées (risque de crédit…). »

Le baromètre indique également que la perception des actions des pouvoirs publics s’est  améliorée. Lors du premier baromètre financement en 2014, 59 % du panel jugeait que les intérêts des PME n’étaient pas défendus de façon satisfaisante, ce chiffre tombe à 40 % cette année.

Véronique Torner, présidente de la commission PME de Syntec Numérique
Véronique Torner, présidente de la commission PME de Syntec Numérique

« Les besoins de financement sont particulièrement prégnants pour les entreprises du numérique du fait des coûts inhérents à la R&D et à la nécessaire conquête rapide des marchés, intérieurs et internationaux », précise Véronique Torner, présidente de la commission PME de Syntec Numérique. « Les résultats de notre enquête restent mitigés, avec des déceptions mais aussi de belles performances. A l’aune des échéances électorales de l’année à venir, nous souhaitons que l’ensemble des parties prenantes, en tout premier lieu pouvoirs publics et banques, renouvellent leurs engagements à créer un environnement propice à la croissance de nos PME et de nos startups. Nous resterons vigilants à leurs concrétisations. »