VMware rassure ses partenaires avec NSX

Stratégies Channel

Pour retrouver la confiance des marchés, le spécialiste de la virtualisation VMware promeut ses offres en croissance, dont sa plate-forme de virtualisation réseau NSX, dont une nouvelle déclinaison doit voir le jour courant 2016.

Après l’annonce de résultats en deçà des attentes de Wall Street, le 26 janvier dernier, l’action de VMware s’est négociée à son plus bas niveau en cinq ans et des réductions d’effectifs ont été confirmées (800 postes supprimés au cours du 1er trimestre 2016). Pour rassurer les marchés et son écosystème de partenaires, le spécialiste de la virtualisation veut recentrer ses efforts sur ses offres en croissance, dont son offre NSX (plateforme de virtualisation réseau et sécurité du datacenter). VMware table également sur le Cloud hybride avec son offre IaaS vCloud Air.

100 % de croissance pour NSX

L’activité NSX a progressé de 100 % en un an pour atteindre les 600 millions de dollars sur l’exercice 2016. Ce produit regroupe plus de 1 200 clients payants désormais, a expliqué à CRN Carl Eschenbach, président et directeur des opérations de VMware. Selon lui, 9 des principaux accords de licence sur 10 en volume couvrent cette technologie. Et les partenaires de VMware qui lui consacrent des ressources techniques et commerciales sont toujours plus nombreux (plus de 570 partenaires NSX dans le monde).

À l’heure actuelle, VMware vend NSX avec une licence perpétuelle (à partir de 5 996 dollars par CPU aux États-Unis) ou une licence à terme (à partir de 34 dollars par machine virtuelle et par mois). Certains partenaires souhaiteraient la mise sur le marché d’une déclinaison de NSX plus abordable à l’attention d’entreprises de plus petite taille qui n’utilisent pas toutes les fonctionnalités du produit.

Lors de la présentation des résultats de VMware, son Pdg, Pat Gelsinger, a justement indiqué qu’une nouvelle offre NSX allait être proposée courant 2016. Celle-ci devrait permettre aux entreprises clientes de créer des réseaux superposés, sécurisés et cryptés, pour se connecter aux Cloud publics, dont Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure, et aux propres datacenters des clients.

crédit photo © POSSOHH / Shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur