Faibles performances pour Computacenter en France en 2014

Stratégies Channel
Greg Lock, président de Computacenter

Computacenter dévoile ses résultats 2014 et annonce que 9 millions de livres ont été consacrés à la restructuration complète de la filiale française afin d’améliorer sa compétitivité.

Greg Lock, président de Computacenter
Greg Lock, président de Computacenter

A l’annonce des résultats pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, avec un chiffre d’affaires de 3,1 milliards de livres après cinq années de croissance, Greg Lock, président de Computacenter rappelle que la France reste en difficulté. « Les conditions générales du marché sont restées difficiles en France durant l’année 2014, et notre activité a souffert de la faible qualité de service délivrée en 2013 suite aux problèmes résultants de l’implémentation de l’ERP ». L’année 2014 a donc été une période de restructuration de Computacenter en France. « Au cours de l’année, il a été nécessaire de mener à bien des actions soutenues de transformation et restructuration pour parvenir à améliorer la compétitivité future. Cela a inévitablement mené à des perturbations des opérations quotidiennes, ce qui a impacté la performance de 2014. »

Performance financière globale de Computacenter en France en 2014

Mike Norris, directeur exécutif de Computacenter
Mike Norris, directeur exécutif de Computacenter

Le chiffre d’affaires français global, à taux de change constant, a augmenté de 6,4% pour atteindre 584,7 millions d’euros, et de 1% sur la base des données publiées. Computacenter précise que cette croissance a été générée par des affaires à faibles marges dans son activité de distribution. En plus de l’impact sur les services de distribution, cela a compliqué le maintien des marges brutes de l’activité. Au cours de 2014, les pertes ajustées générées par le business ont augmenté de 27 % à taux de change constant pour atteindre 11 millions d’euros (2013 : 8,6 millions d’euros de pertes opérationnelles ajustées), et de 20,5 % sur la base des données publiées. Les pertes statutaires ont baissé de 7,5 % pour atteindre 23,4 millions d’euros (2013 : 25,3 millions d’euros) à taux de change constant, et de 12,1 % sur la base des données publiées.

Mike Norris, directeur exécutif de Computacenter, reste malgré cela confiant en l’avenir : « l’activité française est encore en cours de transition, et même si elle compte quelques contrats intéressants existant, elle reste en cours de transformation et non compétitive. Alors que nous sommes confiants dans notre capacité à réduire les pertes de manière importante en France en 2015, le retour à la rentabilité n’aura pas lieu à court terme. »