Rencontre avec… Renaud Chevallier, Directeur General Business Unit Retail d’Avanquest

DistributionStratégies Channel
Renaud Chevallier Avanquest

Après avoir été acquis par Avanquest et avoir vu certains de ses marchés historiques s’essouffler, Micro Application semble avoir repris le sens de la marche… Nous avons pu en discuter avec Renaud Chevallier, qui évoque la stratégie commerciale de sa Business Unit Retail.

Renaud Chevallier Avanquest
Renaud Chevallier, Micro Application (Avanquest)

En devenant entité d’Avanquest en 2011, Micro-Application a pris un virage majeur dont on commence à sentir l’impact depuis quelques semaines. Nous avons rencontré Renaud Chevallier, le DG de la BU Retail au sein de la firme de Bruno Van Ryb, afin d’évoquer son actualité et sa stratégie.

Au cœur de l’interview, un petit « scoop » : la signature avec le spécialiste de la sécurité McAfee pour la distribution de sa gamme grand public.

ChannelBiz.fr – Renaud Chevallier, pouvez-vous indiquer à nos lecteurs quel fut votre parcours jusqu’ici ?

Renaud Chevallier – J’ai débuté chez Surcouf puis j’ai été recruté par le Directeur Commercial de Micro Application en 1993 sur une mission de commercial terrain. J’ai évolué  deux ans dans ce domaine, puis ai supervisé les ventes pendant 5 ans et je suis enfin devenu Directeur des ventes avec la mission de superviser les équipes et de piloter les comptes clés.
En 2006, j’ai quitté Micro Application pour prendre un poste de directeur commercial chez Hobby Concept. Poste que j’ai occupé pendant 6 ans. Mais fin 2011- début 2012, je suis revenu chez Micro Application à mon poste actuel, à la suite du rachat par Avanquest.

Quel fut et quel est encore votre challenge ?

Le challenge était vraiment intéressant. Principalement de réinscrire Micro Application au sein du groupe : autrement dit de faire entrer une PME au sein d’un groupe mondial comme Avanquest. Un challenge d’autant plus intéressant que les métiers historiques de Micro Application (les logiciels, les consommables, les jeux console, etc.) s’essoufflent. L’idée est principalement de redéfinir le portefeuille produits et de donner un second souffle à cette activité en entamant la mutation de Micro Application pour le faire entrer de plain-pied dans le marché de l’accessoire (mobile, périphériques PC, rétro-gaming, jeu vidéo, etc.)

Cette mutation est toujours en cours à cette heure ou déjà achevée ?

On a démarré il y a deux ans cette mutation et à date nous sommes au milieu du gué. La baisse des métiers historiques s’étant accélérée au cours des deux dernières années, nous avons dû accélérer en parallèle la montée en puissance de ces nouvelles gammes.

Est-ce à dire que le logiciel n’a plus du tout le vent en poupe ?

Aujourd’hui, nous maintenons nos parts de marché dans le logiciel à un moment où la dématérialisation va grandissante. Sur le logiciel, notre stratégie consiste toujours à rester un éditeur grand public et de profiter de cette notoriété pour devenir un distributeur software complet. Au-delà de nos propres gammes, nous distribuons en effet de plus en plus des éditeurs tiers, essentiellement à mon niveau dans les linéaires. Je vous donne un « scoop » au passage: nous venons de signer avec McAfee pour distribuer leur catalogue retail en France !

Certains de vos concurrents dans le domaine du software ont disparu. A quoi a tenu votre survie ? 

En tant qu’éditeur et distributeur généraliste, nous sommes les derniers survivants après avoir été les premiers, car nous avons su nous adapter systématiquement à nos clients et aux tendances du marché. Précisons au passage que nous sommes également les derniers du secteur à avoir nos propres forces de vente sur le terrain, ce qui offre une qualité de service incomparable.

Et donc aujourd’hui vous portez principalement  vos efforts sur les accessoires…

MonzterzOui. S’agissant des accessoires, notre volonté et notre savoir-faire c’est de nouer une relation privilégiée avec les acheteurs de la grande distribution (spécialisée et non spécialisée) autour de ce métier des accessoires sur lequel nous avons de fortes ambitions. Au cours des six derniers mois, l’accessoire est devenu la deuxième activité en termes de chiffre d’affaires dans le « retail » pour nous. Quand on parle d’accessoires, il faut le comprendre au sens large. Notre volonté est par exemple d’aller vers les accessoires ou objets connectés, de ceux qui facilitent et simplifient la vie des gens. Mais, actuellement, nous sommes encore dans une période de transition et de test avec pour but de rentrer dans les rayons accessoires, de nous y faire une place substantielle autour de produits dédiés à la mobilité (coques de protection pour tablettes et smartphones, housses PC/portables/tablettes, casques audios, etc.)

Quand vous rencontrez les acheteurs de la distribution, quel point fort ou quelle valeur ajoutée mettez-vous en avant ?

Sur un marché fortement concurrentiel, notre valeur ajoutée tient à notre rapport qualité/prix (nous sommes extrêmement bien placés) avec des produits vraiment différenciants. Par exemple, nous nous sommes positionnés en pionniers sur le segment enfant avec des housses de protection entièrement en néoprène pour les tablettes dédiés aux plus jeunes. L’étape suivante sera d’aller vers des accessoires connectés ou objets connectés, les premiers produits d’ores et déjà disponibles étant dans ce registre des app toys.

Et le professionnel présente-t-il aussi un intérêt pour vous ?

Au-delà des produits ludiques et familiaux, nous travaillons aussi à des gammes plus professionnelles mais je ne peux rien vous dévoiler pour l’instant.

Au-delà de vos gammes et de leurs points forts, qu’est-ce qui vous fait penser qu’Avanquest a des chances de gagner la partie sur le marché de l’accessoire ?

L’une des principales forces du groupe Avanquest c’est de pouvoir développer des technologies pour relier de façon intelligente les objets, la tablette ou le smartphone et l’humain.  Contrairement à d’autres, nous maitrisons toute la chaine de la création de l’objet jusqu’à la distribution et l’utilisation par le consommateur final. Tous les savoir-faire sont inclus chez Avanquest.
Nous sommes en ordre de marche pour que toutes les BU du groupe fonctionnent en simultané afin proposer des produits les plus efficients et simples possibles dans le cadre d’une utilisation personnelle.

Quel sera votre objectif pour l’année qui va bientôt commencer ?

Notre objectif 2014 est – comme je vous l’ai dit – de proposer des objets connectés qui simplifient la vie de tous les jours et d’inciter les acteurs de la distribution à nous suivre sur cette tendance de fond. C’est le côté enthousiasmant des trois prochaines années !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur