L’arrivée de l’informatique vestimentaire sur le lieu de travail : Un vrai problème pour les entreprises, une opportunité pour les revendeurs

Tendances IT
ennio carboni ipswitch

Le Directeur de la gestion réseau chez l’éditeur Ipswitch se penche sur une tendance qui n’est pas sans poser des questions en termes d’organisation, de sécurité et de potentiel d’affaires pour les revendeurs.

Par Ennio Carboni, directeur de la gestion réseau chez Ipswitch, Inc.

ennio carboni ipswitch
ennio carboni (ipswitch)

Récemment, un véritable buzz médiatique s’est formé autour du lancement de la Galaxy Gear, de la montre connectée pour conducteurs de Nissan et autour des spéculations concernant les lunettes ‘Google Glass’. Il semblerait donc que l’informatique vestimentaire soit la prochaine merveille du monde technologique. D’après la société américaine Gartner Inc., le marché mondial des technologies vestimentaires pourrait valoir 7.7 milliards d’Euros d’ici 2016.

Étant donné le nombre d’entreprises adoptant le BYOD, il ne fait aucun doute que ces « appareils vestimentaires » seront transportés sur les lieux de travail. Bien que leur acquisition se fasse assez lentement pour le moment, il est fort probable que dans le futur, ces nouvelles technologies deviennent aussi banales que les ordinateurs portables. En effet, l’informatique vestimentaire est en voie de devenir un outil important pour beaucoup de professions. Cette nouvelle technologie serait un grand avantage pour les professionnels tels que les médecins ou les experts, puisqu’ils pourraient utiliser un appareil pour avoir accès à des informations tout en ayant les mains libres, et qu’ils pourraient également utiliser des applications spécifiques rendant leur travail plus précis et plus sûr.

L’arrivée en masse de ces nouveaux appareils aura un sérieux impact sur les réseaux professionnels. Il est indispensable pour les revendeurs de s’équiper afin de pouvoir gérer les problèmes éventuels de leurs clients, ce qui leur offrira un avantage concurrentiel et leur assurera d’être prêts pour les années à venir.

De nombreux problèmes réseau et de sécurité seront introduits par l’informatique vestimentaire, et de la même manière, de nombreuses solutions ainsi que des conseils sur la mise en place de règlementations, pourront être proposés par les revendeurs.

Tout d’abord, la plupart de ces technologies vestimentaires ont pour le moment besoin d’être associées à un appareil déjà existant, tel qu’un Smartphone, une tablette ou un ordinateur portable, plutôt que de le remplacer. Par conséquent, de nombreux appareils additionnels vont venir surcharger le réseau et ainsi, réduire ses performances. Pour faire face à la situation, beaucoup d’entreprises vont devoir penser à moderniser ou à étendre leur réseau.

Ensuite, il est probable que ces appareils entrainent de nombreux risques en matière de sécurité.

Par exemple, les lunettes ‘Google Glass’ pourront enregistrer tout ce que voit la personne qui les porte, et les montres connectées auront également des fonctions d’enregistrement et de camera. Les utilisateurs de ces appareils auront la possibilité de photographier, en toute discrétion, des documents sensibles, voire même d’enregistrer des conversations privées, pour ensuite faire passer ces informations sur un appareil mobile personnel ne se trouvant pas sur le réseau. Et bien que cela donne l’impression d’être dans un film d’espionnage, cela peut être une véritable menace pour les entreprises et organisations, en particulier pour celles qui gèrent des informations vraiment sensibles, comme les cabinets d’avocats ou les gouvernements. Dans le cas où une entreprise autorise l’informatique vestimentaire, il faudra qu’elle ait une règlementation claire à ce sujet. Elle devra établir qui est autorisé à apporter ce type d’appareils sur le lieu de travail et à se connecter sur le réseau de l’entreprise. Il lui faudra également spécifier les zones de l’entreprise dans lesquelles il est possible de porter ces appareils. Cette règlementation peut être facilement instaurée au sein d’une politique BYOD déjà existante.

Lorsque ces appareils vestimentaires se connectent ou se synchronisent avec des ordinateurs portables, des Smartphone ou autres, ils peuvent non seulement transférer des informations sécurisées mais ils peuvent également propager les virus. L’informatique vestimentaire ouvre aux menaces de nouveaux points d’accès aux réseaux des entreprises, des points qui ont pu être jusqu’alors oubliés. En tant que revendeur, c’est ici qu’il vous faut proposer une solution de sécurité permettant de corriger cette faille. En détectant les failles, vous pouvez reconnaître les appareils reliés et donc les risques de sécurité qu’ils représentent. Cela peut être coûteux, mais c’est une mesure de précaution importante pour protéger les données professionnelles. Il est également indispensable pour les protections déjà existantes telles que les pare-feux, d’être mises à jour.

Pour éviter les problèmes réseau et les risques de sécurité occasionnés par l’informatique vestimentaire, la meilleure solution est d’avoir un réseau correctement géré et contrôlé. Pour cela, il est indispensable pour les entreprises d’avoir à la fois les équipements et la formation qu’il convient.

Dans un futur proche, l’informatique vestimentaire pourrait bien devenir un outil ‘standard’ pour beaucoup d’entreprises. Fini les Smartphone, les revendeurs intelligents sauteront très vite sur cette nouvelle tendance et ils s’équiperont des bons produits et des bonnes informations dont leurs clients pourraient avoir besoin.