Cas: Aigle réduit son empreinte carbone de 50% avec JP Services.

Stratégies Channel

Depuis 2008,le caoutchoutier Aigle, aidé de JP Services, repense son système informatique afin de le transformer en un système virtualisé et sécurisé.

Maître caoutchoutier Aigle
Maître caoutchoutier Aigle

En 2008, Aigle décidait de repenser son système informatique, composé de machines physiques exclusivement, avec 35 serveurs (HP370/ 350) et trois AS400. Yves Trousselle, DSI chez Aigle, et son équipe pilote le projet avec l’aide de son partenaire JP Service. Ce dernier recommande alors un système complètement virtualisé et sécurisé.

Grâce à la virtualisation, Aigle dispose  aujourd’hui d’une infrastructure informatique sécurisée, évolutive et pérenne, qui lui permet d’optimiser ses espaces et réduire son empreinte carbonique de 50%. « La présentation de JP Services nous a vite convaincu que la virtualisation, tant pour le monde Wintel, que pour la partie AS400, correspondait à nos besoins à tout point de vue, nous assurant un meilleur retour sur investissement et une liberté totale en vue d’évolutions futures au sein de notre entreprise », déclare Jean-Michel Bregeat, Responsable Exploitation. Dans le même temps, Aigle a mis en place un Plan de Reprise d’Activités (PRA), afin de sécuriser ses applications critiques, voire très critiques, sur un site distant.

La première sollution de JP Services retenue par Aigle consistait à séparer les données jugées non-critiques, estimées à 1,5 téraoctet (soit quasiment un tiers du volume global qui se chiffre alors à 4 téraoctets), et de placer dans 2 serveurs Dell et une baie SAN MD3002 sur le site à Ingrandes-sur-Vienne toute la partie bureautique (Microsoft Excel et Word) qui sera gérée localement.

Pour ses applications « critiques », Aigle JP Services a remplacé les 35 serveurs physiques du site de production central par un serveur BladeCenter S d’IBM (7 lames) sous VMware ESX, attaché à une nouvelle baie de stockage (IBM DS3200) contrôlée par un hyperviseur de stockage DataCore.

Dans le cadre du Plan de Reprise d’Activité (PRA), la même architecture est créée et installée dans le data center de SOS Data distant de 50 kilomètres. Les deux sites sont mis en miroir asynchrone, avec un délai de rétention de 24 heures. En cas de panne majeure, le site central bascule sur le site de secours, grâce à la solution DataCore.

IBM BladeCenter JS12
IBM BladeCenter JS12

Pour les applications AS400 jugées « très critiques », JP Services propose à Aigle de faire appel à Trader’s, également partenaire de DataCore, spécialisé dans le domaine IBM. Trader’s recommande alors la migration des machines physiques sur des nouveaux BladeCenter JS12 d’IBM. Pour ce faire, un BladeCenter JS12 sera placé dans la salle blanche centrale et un second dans la salle de secours (PRA), fonctionnant en miroir synchrone et qui seront contrôlés avec la solution Quick-EDD/HA, développée et commercialisée par Trader’s.

Par la suite, la société a procédé à une migration par thèmes. La priorité était mise sur les programmes et applications AS400. La deuxième phase consacrée à la migration de 35 serveurs, s’est bien déroulée. « Sur recommandation de M. Michel Rousseau, PDG de SOS Data, nous avons d’abord migré tous les serveurs physiques sous Windows 2003 à l’identique vers des machines virtuelles VMware, avec des logiciels de migration courants du marché. Après vérification de leur bon fonctionnement, les VMs stratégiques, notamment celles liées à l’infrastructure, ont alors pu être migrées vers Windows 2008 en toute quiétude», précise Jean-Michel Bregeat.

Le nouveau système a été mis en production fin 2009, après une phase de tests extensive de 4 mois, suivie d’une phase de migration pendant 8 mois.

Séduite par la virtualisation, la société Aigle souhaite une solution encore plus rapide et plus sécurisée pour la partie management et décide de mettre en place un Plan de Continuité des Activités (PCA) pour cette partie uniquement. Une seconde salle informatique est créée sur le site d’Ingrandes-sur-Vienne, dans un bâtiment distant de 100 mètres. Equipée d’une baie IBM DS3200 et d’une unité d’extension EXP3000, rattachées à un serveur IBM x3550 hébergeant un troisième hyperviseur de stockage DataCore pour contrôler la baie, cette salle fonctionne en mode de réplication synchrone (actif/actif) avec le site principal. Le PCA est mis en production fin 2011.

En mars 2012, Aigle remplace les serveurs BladeCenter S (7 lames) par des serveurs BladeCenter H (14 lames) dans la salle informatique principale.

La solution DataCore gère aujourd’hui toute la partie stockage sur les trois sites, dédiés à la production, au PCA et au PRA, intégrant toutes les machines virtuelles (serveurs d’impression, anti-virus, FTP, WUS, DNS, VNS, etc.) et applications sensibles utilisées par Aigle : bases de données (SQL, Oracle, DB2), des logiciels liés à la comptabilité (SAP, Serg, SAGE), logistique et gestion de production (WMS), création et gestion de collections (PLM), le programme Thalma pour la gestion des ventes et des approvisionnements, le logiciel EDI (Echange de Déclarations Interbancaires), l’application CEGID pour la gestion de fabrication et l’ordonnancement, etc.

 « Grâce à la virtualisation et notamment les solutions DataCore, nous disposons désormais d’un système évolutif et pérenne, qui nous a permis d’optimiser nos espaces de 70% et réduire de moitié l’empreinte carbonique », déclare Jean-Michel Bregeat. « Mais avant tout, cette nouvelle infrastructure virtualisée se distingue par une souplesse d’administration inégalée, comme tout est géré via une console centralisée unique. Grâce à la fonction Failover de DataCore, nous bénéficions de plus de temps de réaction et d’une sécurité accrue en cas d’incident. Quand il y a un problème, voire une intervention planifiée sur le site central, toute la production est simplement basculée sur le site de PCA en toute transparence. C’est grâce à la virtualisation, que l’on peut s’adapter si facilement, rajouter un peu de RAM et des processeurs si nécessaire, sans pour autant interrompre la production ni devoir rajouter de nouveaux serveurs. »

Les projets prévus pour 2013 sont le passage à VMware 5 (actuellement en version 4), puis la migration vers la dernière version SANsymphony-V de DataCore.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur