Econocom a officiellement pris le contrôle d’Osiatis

Tendances IT
achat opa

Les deux SSII ont annoncé en début de semaine la signature d’un accord portant sur l’acquisition par Econocom de la majorité du capital d’Osiatis.

Econocom a pris le contrôle d’Osiatis. L’opération, qui reste bien entendu soumise à l’autorisation de l’Autorité française de la concurrence ainsi que du Ministère français de l’Economie et des Finances, permettrait à Econocom de réaliser près de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 650 millions dans le domaine des services numériques aux entreprises. Et le groupe constitué prend une autre dimension en employant plus de 8 000 collaborateurs dans 20 pays.

Chez Econocom, on explique que cette acquisition s’inscrit dans le plan stratégique « Mutation » annoncé par le groupe en avril dernier. Elle renforce le positionnement d’Econocom comme partenaire de référence des entreprises dans l’intégration technologique et financière de leurs solutions numériques avec une expertise accrue dans les services, notamment dans le domaine du Cloud et dans les solutions applicatives. L’opération permettrait également à Econocom d’accompagner ses clients dans deux nouveaux pays : le Brésil et l’Autriche.

Dans le cadre de cette opération, Econocom prend possession de 51,9% d’Osiatis en rachetant l’intégralité des titres du premier actionnaire d’Osiatis, la société BML Belgium de Walter Butler, ainsi que les parts des autres dirigeants (Robert Aydabirian, Jean-Maurice Fritsch, Bruno Grossi et Laurent Parquet), dans la droite ligne de l’annonce datant d’il y a moins de deux mois.

Au-delà de l’acquisition de ce noyau dur lui permettant d’avoir le contrôle sur Osiatis, Econocom compte déposer un projet d’OPA sur l’ensemble des titres pas encore en sa possession. Une transaction qui doit s’effectuer selon les mêmes modalités que lors de la première transaction. Soit  «une action Econocom Group majorée d’une soulte de 4,00 € par action Osiatis», expliquent les deux SSII.

Les apports en nature des titres Osiatis réalisés dans le cadre de la cession du bloc puis de l’offre publique qui serait déposée ultérieurement par Econocom seraient rémunérés par des titres Econocom nouvellement émis.

Le conseil de surveillance d’Osiatis, qui s’est tenu le 26 juin 2013, a donné un avis préliminaire favorable sur les termes de ce rapprochement et a désigné le cabinet Ricol Lasteyrie en tant qu’expert indépendant, dans la perspective de l’offre à venir.

Et Jean-Louis Bouchard, Président d’Econocom, a déclaré : « Le rapprochement des groupes Econocom et Osiatis serait une première étape importante de notre nouveau plan stratégique annoncé en avril. Le nouveau groupe ainsi constitué a tous les atouts pour être un acteur majeur des services numériques en Europe. Les compétences conjuguées des deux groupes, alliées à notre culture d’entrepreneuriat et d’innovation, nous ouvrent de nouvelles perspectives pour nous positionner au cœur du monde digital. »

Selon Walter Butler, Président du Conseil de surveillance et principal actionnaire d’Osiatis, « Cet accord offre de réelles opportunités à l’écosystème Osiatis. Notamment pour ses clients, avec une meilleure contribution de l’informatique à leurs métiers et une capacité d’intervention étendue aux domaines du financement et de la fourniture des solutions digitales dont ils ont besoin. Et pour ses équipes, avec des perspectives d’évolution élargies au sein d’un Groupe européen résolument tourné vers les technologies numériques. »

(Crédit Image: Shutterstock)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur