Stéphane Arnaudo (VMware): « Le SDDC pour un datacenter virtualisé »

Stratégies Channel
Stéphane Arnaudo, directeur channel et alliances de VMware France et Afrique

Stéphane Arnaudo, Senior Manager Partner Organization EMEA, France & Afrique, de VMWare, a répondu aux questions de ChannelBiz.fr quelques jours seulement après l’organisation pour le spécialiste du Cloud et de la virtualisation de son sommet partenaires annuel à Las Vegas.

ChannelBiz – A l’occasion de votre dernier sommet partenaires à Las Vegas, vous avez dévoilé un certain nombre de nouveautés à destination des partenaires. De quoi s’agit-il ?

Stéphane Arnaudo, directeur channel et alliances de VMware France et Afrique
Stéphane Arnaudo, Senior Manager Partner de VMware EMEA, France et Afrique

Stéphane Arnaudo – Les grandes nouveautés du  programme sont tout d’abord le Cloud Credit Purchasing Program qui permet aux solutions providers de proposer des crédits prépayés à leurs clients, utilisables auprès de services providers VMware vCould agréés dans le cadre de services Cloud publics ou hybrides. Ensuite, nous avons annoncé de nouveaux programmes d’incentives pour nos partenaires, le premier étant Advantage Plus Accelerator. Il accompagne le lancement de VMware vSphere with Operation Management qui a eu lieu le 12 février dernier et permet à nos partenaires d’obtenir une remise complémentaire dans le cadre de la vente de ces solutions.
Nous sommes également revenus sur les bénéfices des Solution Rewards pour nos partenaires qui  récupèrent de plus en plus ces marges arrières, répondant aux deux demandes client qui sont d’une part le management des environnement cloud et d’autre part l’informatique centrée sur l’utilisateur final et la mobilité. Cela se traduit, en termes de solutions, par la vente de la suite VMware vCloud et la suite VMware Horizon. La dernière nouveauté concerne enfin les programmes de formation avec un parcours de formation par fonction.

Comment définiriez-vous le SDDC (« Software-Defined Datacenter ») ? Ne s’agit-il pas d’une simple réinvention marketing de quelque chose qui existait déjà sous une autre forme (ou une autre appellation) ?

Le SDDC prend en compte toutes les infrastructures (serveurs, stockage et réseau) qui sont virtualisées et délivrées comme un service, et le contrôle du datacenter est entièrement automatisé par logiciel. Ce concept ne pouvait exister précédemment, l’ensemble des composants d’un datacenter n’étant pas virtualisés ; nous faisons avec le datacenter virtuel ce que nous avons fait avec la machine virtuelle : abstraction des services, mise en pool et automatisation.

Quels sont les grands axes stratégiques pour VMware en 2013 et comment cela se traduit-il côté channel ?

Nos 3 grands axes stratégiques sont le Software Defined DataCenter (SDDC), le Cloud hybride, et le End User Computing. J’en ajouterais un quatrième : la virtualisation des PMEs, qui s’accélère. Nous voulons gérer ces projets de transformation avec nos partenaires ; ils sont en même temps un interlocuteur privilégié pour la vente de solutions globales et pour la vente de services, à la fois au niveau du datacenter mais aussi de l’espace de travail mobile. Nous fournissons de nouveaux programmes pour les accompagner sur ces marchés, ainsi que des formations pour acquérir des compétences nouvelles ou complémentaires.

Le marché Français est-il à l’unisson des principaux marchés couverts par VMware où observez-vous un « décrochage » du fait de la situation économique plus que délicate ? Idem pour les pays du sud (Espagne, Italie, …) ?

Le marché français est plutôt à l’unisson des principaux marchés couverts par VMware, nous voyons à la fois des opportunités sur la refonte des datacenters pour un certain nombre de grandes entreprises s’appuyant sur le SDDC, mais également ce qui a fait le succès de VMware, à savoir la virtualisation, mais cette fois ci au niveau des PME, grâce aux économies réalisées immédiatement.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur