Les Amazon Web Services accueillent Windows Server 2012

Tendances IT
cloud

Les instances Cloud de Windows Server 2012 d’Amazon Web Services s’adressent notamment aux organisations qui développent sur .NET 4.5.

La plate-forme Cloud d’Amazon, Amazon Web Services (AWS), supportait déjà Windows Server 2003 R2, Windows Server 2008 et Windows Server 2008 R2.

La firme de Jeff Bezos vient d’étendre son offre à la dernière version de l’environnement serveur de Microsoft, Windows Server 2012.

A la clé, une instance serveur Windows Server 2012 qui revient 0,02 dollar de l’heure – somme à laquelle il faut ajouter le coût locatif de l’infrastructure serveur et stockage nécessaire à son déploiement –.

Pas moins de 31 AMI (Amazon Machine Image) de Windows Server 2012 s’avèrent disponibles, dont 19 concernent différentes langues, ainsi que pour le support de SQL Server 2008 et SQL Server 2008 R2 dans toutes ses versions.

De quoi satisfaire en particulier les organisations qui développent en .NET. D’autant que le nouveau framework .NET 4.5 livré avec Windows Server 2012 est supporté.

Et, pour permettre à ses utilisateurs de se concentrer sur le développement, Amazon Elastic Beanstalk peut gérer le déploiement, le provisioning, le monitoring, l’équilibrage des charges et l’automatisation de la configuration sur laquelle s’exécutent les applications .NET.

Afin de gérer l’ensemble des ressources AWS déployées, AWS Explorer est intégré aux outils Visual Studio. Les utilisateurs peuvent ainsi décider d’exploiter Elastic Beanstalk pour le déploiement de leurs applications, ou déployer des instances EC2.

Cerise sur le gâteau : Amazon offre aux personnes désireuses de tester voire d’évaluer sa solution sur Windows Server 2012, la possibilité d’exécuter une micro-instance gratuite de l’environnement serveur Microsoft pendant un an à raison de 750 heures par mois. Une option proposée dans le cadre du AWS Free Usage Tier.