Le secteur informatique en panne de croissance en 2013 ?

Tendances IT
2013

Après avoir enregistré 0,7 % de croissance en 2012, le secteur français du conseil, des logiciels et des services informatiques devrait stagner en 2013, d’après Syntec Numérique.

Dans un contexte économique troublé, le secteur du conseil, des logiciels et des services informatiques en France devrait enregistrer une croissance nulle en 2013, après avoir sensiblement augmenté en 2012 (+0,7 % par rapport à l’année précédente), observe Syntec Numérique.

2013

L’édition de logiciels reste une valeur sûre

L’activité édition de logiciels maintient « un bon niveau d’activité », selon les termes de la chambre professionnelle. Ainsi, malgré un second semestre plus difficile, le segment devrait croître de 1,6 % en 2012 et de 1,3 % en 2013.

De son côté, le conseil en technologies enregistrerait une croissance de 2 % sur l’année (contre 7 % en 2011), grâce à ses performances sur des marchés porteurs comme l’aéronautique, le ferroviaire et l’énergie, et devrait progresser de 1 % l’an prochain.
En revanche, l’activité conseil et services informatiques, qui représente 61 % du chiffre d’affaires réalisé par l’ensemble du secteur (49 milliards d’euros en 2012), est en panne de croissance cette année et devrait reculer en 2013 (-0,9 %).

Le segment, qui voit baisser le volume de ses commandes, souffre de la pression sur les prix et de la dégradation des relations entre les SSII et leurs clients.

Quelle est l’influence de ce ralentissement sur le marché de l’emploi IT ?
25 000 recrutements IT en 2013 ?

Sur l’ensemble de l’année 2012, 35 000 recrutements de collaborateurs, dont 30 000 cadres, étaient attendus dans les activités informatiques, soit une création nette d’au moins 5000 emplois.

Néanmoins, du fait de la dégradation du marché au second semestre, le nombre de cadres embauchés devrait être sensiblement inférieur aux estimations dévoilées au printemps par l’Association pour l’emploi des cadres (Apec).

Syntec Numérique, de son côté, observe une moindre rotation de l’emploi (turn over) et une contraction du volume d’embauches. Dans ce contexte, la fédération patronale table sur 20 000 à 25 000 recrutements IT en France, en 2013.

(source image: Shutterstock)