Amazon ouvre son App Shop en Europe et dans quatre autres pays européens

Distribution

L’Amazon App Shop, ce magasin virtuel d’applications Android apparenté à Google Play, traverse l’Atlantique et ouvre ses portes dans cinq pays d’Europe, dont la France. Mais la tablette Kindle Fire ne répond toujours pas à l’appel, plusieurs mois après sa sortie américaine.

L’Amazon App Shop, ce magasin d’applications Android apparenté à Google Play, ouvre ses portes en France et quatre autres grands pays européens. En l’occurrence l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Pour Amazon, il s’agit d’enrichir l’offre actuelle d’applications Android en tentant de faire mieux que la multitude de parcs logiciels déjà existants, à commencer par celui de Google bien sûr, mais aussi les nombreux services tiers regroupant des centaines de milliers d’applications.

Outre des accords avec Rovio et le géant du jeu vidéo Electronic Arts, le groupe de Jeff Bezos annonce des accords avec plusieurs éditeurs français de renom, notamment Dailymotion, Marmiton et Voyages-SNCF. Et nombre de développeurs du Vieux Continent sont sur la brèche depuis plusieurs semaines pour proposer leurs bébés à l’AAS, Amazon les ayant prévenus qu’il appliquerait un strict contrôle qualité avant publication (ça vous rappelle quelque chose ?).

Reste que, pour plusieurs mois encore, là où le Google Play et l’App Store d’Apple comptent des centaines de milliers d’applications disponibles, le répertoire de l’Amazon App Shop devrait se chiffrer en dizaines de milliers. Ce qui n’est déjà pas si mal, car beaucoup d’utilisateurs se plaignent d’un choix trop vaste sur les « stores » évoqués au détriment dans de nombreux cas de la qualité…

Le petit plus apporté par Amazon ? Chaque jour, une application payante bénéficiera d’une mise en avant et d’une gratuité exceptionnelle pendant 24 heures. Des contenus additionnels (musique, vidéo à la demande, livres numériques, etc.) devraient également être de la partie, quelques semaines seulement après que Google Play est ouvert dans l’hexagone sa partie contenus avec l’arrivée des livres en téléchargement payant.

Notre confrère ITespresso.fr commente l’arrivée d’AAS en expliquant que pour stimuler son adoption Amazon se devrait d’y adjoindre un terminal maison. Le magazine cite à titre d’exemple  la Kindle Fire, tablette de 7 pouces toujours absente en Europe alors qu’elle a connu un démarrage fulgurant aux Etats-Unis, (quelques 5 millions d’unités écoulées au dernier trimestre 2011).

Et Clément Bohic, notre confrère d’ITespresso.fr qui évoque aussi d’autres appareils possibles, voire un smartphone maison, d’ajouter : « Cette commercialisation interviendrait à point nommé pour contrer Google, dont la rivale Nexus 7 s’invitera chez les revendeurs français le 3 septembre. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur