Surcouf voit sa période d’observation prolongée par le Tribunal

Tendances IT

Depuis le 29 février en redressement judiciaire, l’enseigne Surcouf attendait fébrilement la décision du Tribunal de Lille… Ouf, ils respirent : celui-ci, à la demande d’Hugues Mulliez, PDG de l’enseigne, a décidé de prolonger la période d’observation jusqu’au 28 février 2013. Les différentes offres de reprises s’étant exprimées jusque-là vont être examinées le 10 octobre prochain.

Surcouf toujours inquiet, pas encore mort… L’enseigne française de distribution informatique qui éprouvait les pires difficultés avait été placée en redressement judiciaire au cœur de l’hiver dans l’espoir de jours meilleurs, et surtout d’un repreneur intéressé.

DR

Hugues Mulliez, son PDG, souhaitait une prolongation de la période d’observation qui s’achevait sans certitude que le Tribunal de Lille accorde une telle prolongation. C’est chose faite : le Tribunal à suivi monsieur Mulliez et a décidé de prolonger jusqu’à la fin du mois de février 2013 (soit un an pile après la mise en redressement judiciaire). De quoi lui permettre de trouver un repreneur ou un associé capable de soutenir l’enseigne et de réinjecter des moyens… Pas évident par temps de crise économique majeure…

Reste qu’Hugues Mulliez se dit confiant. Il a confié à nos confrères de la Voix du Nord : « Depuis trois ans, nous sommes en chantier. Les magasins sont neufs ou rénovés, le système informatique fonctionne. Nous avons un vrai projet innovant, une belle voiture, prête à démarrer. Il faut que nous y mettions de l’essence. »

Les observateurs sont plus circonspects et estiment que Surcouf devrait sensiblement revoir sa politique de marges réduites et de tarifs identiques à ceux appliqués sur la toile. Les personnels croisent les doigts mais s’attendent à faire de nouveaux sacrifices en attendant la prochaine étape, donc programmée au mois d’octobre prochain.