eBizcuss : la fin tragique d’un acteur qui comptait…

Tendances IT

Placé en liquidation judiciaire au début de l’été(1), le groupe eBizcuss et ses différentes enseignes vont disparaitre. Le tribunal de commerce de Paris a ce jeudi prononcé la décision que les personnels du distributeur redoutaient mais pensaient désormais inéluctable : la fermeture pure et simple des établissements français. En revanche, la filiale belge a pour l’instant droit de continuer son parcours.

Triste nouvelle, bien qu’attendue après l’annonce il y a quelques semaines de la mise en liquidation judiciaire du groupe eBizcuss : les quelques boutiques  encore ouvertes dans l’hexagone ont tiré définitivement leur rideau de fer, et les salariés priés de quitter sine die les lieux.

De son côté, le site iclg.com – site web principal du groupe – affiche une photo noire et blanc représentant la boutique de la rue du Renard à Paris (face au Centre Georges Pompidou de Beaubourg) assortie d’une épitaphe incitant à se recueillir sur les cendres d’un des plus anciens groupes de distribution de produits informatiques en France. D’abord « MacZone-PcZone » à ses débuts en 1976, le groupe avait connu une belle croissance dans les années 80 puis 90, avant sa fusion avec International Computer en 2004, puis avec Motek/iCLG deux ans plus tard…

Rappelons qu’à l’heure du dépôt de bilan, puis du prononcé de la liquidation judiciaire, aucun repreneur crédible ne s’était manifesté. Ce qui faisait dire à la centaine de salariés du groupe que la fin était proche… Ces salariés devraient être officiellement licenciés économiques en août prochain.

Les trois quart d’entre eux ont déposé plainte contre Apple. Ils exigent réparation devant la justice et attendent de celui qu’ils considèrent comme leur co-employeur un reclassement au sein des Apple Store de la firme de Cupertino.

Côté direction d’eBizcuss, rappelons qu’on a également saisi le Tribunal de Commerce de Paris et qu’on réclame la bagatelle de 60 millions d’euros de dommages et intérêts… Ce, pour abus de position dominante, abus de dépendance économique et concurrence déloyale, les pratiques d’Apple étant pointées du doigt en matière de détournement de clientèle au profit de ses propres boutiques (les Apple Store qui ont fait flores au cours des dernières années, en plus des « corners » Apple dans les Fnac et autres multispécialistes).  La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a récemment ouvert une enquête afin d’examiner la plainte d’eBizcuss et au-delà la relation d’Apple avec ses revendeurs en France. Mais quel que soit le résultat de celle-ci, cela ne change rien à la sanction économique et juridique du groupe : la fermeture des boutiques et tous les licenciements induits sont irrévocables.

Quid du SAV ?

Notre confrère MacGeneration indique que la fermeture avec effet immédiat des boutiques du groupe implique que les matériels en SAV vont être laissés en l’état, sachant qu’eBizcuss gérait de gros volumes de réparations. Et notre confrère indique : « Aux APR (ndr : Apple Premium Resellers) voisins de tenter d’absorber cette charge à l’avenir et aux propriétaires de ces machines de les récupérer auprès du liquidateur avec les justificatifs nécessaires ».

A noter que la filiale belge MacLine, qui compte 7 APR et a été acquise par eBizcuss en 2010, peut pour l’heure (jusqu’au mois de septembre) poursuivre ses activités, et plusieurs offres de reprises (au moins deux) auraient été reçues par le Tribunal de Commerce. Sa période de liquidation ne devrait être close que le 30 septembre prochain et d’ici là une décision favorable à une reprise serait plus qu’envisageable.

La liquidiation judiciaire : « Apple m’a tuer » : http://www.channelbiz.fr/2012/06/04/liquidation-judiciaire-pour-ebizcuss-apple-ma-tuer/


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur