HP France : vers 520 emplois supprimés dans l’hexagone d’ici 2014

Tendances IT

Lancé fin mai par le géant de Palo Alto, le plan de restructuration décidé en haut lieu et à l’échelle mondiale va sans doute se traduire, comme c’était malheureusement prévu, par plusieurs dizaines de suppressions de postes dans l’hexagone d’ici 2014. Environ 520 postes seraient concernés, mais aucun « licenciement sec » ne serait à l’ordre du jour.

Après l’annonce le 23 mai dernier de la suppression de 27 000 emplois dans le monde d’ici au 31 octobre 2014, dont rien moins que 9 000 dès cette année, HP avait eu la main lourde. D’autant qu’aucun territoire ou presque ne pouvait se sentir à l’abri de cette coupe claire dans les effectifs !

La France n’était bien évidemment pas à l’abri. Et le comité d’entreprise exceptionnel qui vient de se tenir en présence de la direction de HP France et des syndicats a confirmé la chose.

A l’issue de la réunion, et par voie de communiqué, la direction de HP France a expliqué : “Il est envisagé une réduction de l’ordre de 520 postes à l’horizon de la fin de l’année 2014, qui s’effectuera sur la base de départs volontaires et d’un dispositif exclusif de pré-retraite. La procédure d’information-consultation des différentes instances représentatives va débuter“.

Et, paradoxal au premier abord (pas tant que ça en vérité), la Direction de HP France indiquait en parallèle avoir le projet de recruter 70 jeunes diplômés par an sur une période de trois ans !

Ce qui a fait dire à Myriam Martinet (CGT) auprès de l’AFP : « Il n’y a que 210 embauches sur trois ans, donc il y a une perte sèche de 310 emplois en France. C’est inacceptable dans la mesure où HP a augmenté sa distribution de dividendes (aux actionnaires) cette année ».

Selon elle, la direction d’HP avait annoncé des réductions d’effectifs de l’ordre de 8% au niveau mondial et d’un peu plus de 10% au niveau européen. “Là, nous sommes au niveau européen“, a-t-elle relevé, les deux principales filiales françaises du groupe employant pas moins de 5.000 salariés.

Rappelons que la France n’est qu’un des pays ciblés par cette vague de suppressions de postes directement induite par l’annonce de la Directrice Générale, Meg Whitman, d’améliorer l’efficacité du groupe, en nettoyant notamment le portfolio produits, en améliorant la chaîne logistique et… en réduisant les effectifs.

Au premier trimestre, la firme de Palo Alto avait accusé une baisse de 3 % de son chiffre d’affaires, à 30,7 milliards de dollars et, plus inquiétant, une chute de 31 % de son bénéfice net (1,6 milliard de dollars). D’où le plan de M.Whitman dont le but avoué est générer près de 3,5 milliards de dollars d’économies annuelles, qu’elle souhaite réinvestir en majorité dans la R&D.

A suivre…

(Source image: (c) Prosotphoto via ShutterStock)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur