Les phases de développement de l’entreprise technologique

Stratégies Channel
José Jacques-Gustave

De nos jours, l’industrie des nouvelles technologies se positionne comme l’une des plus dynamiques du marché. Taux de croissance, innovation… cette dernière est porteuse de nombreux atouts à bien des égards. Mais développer sa compétitivité impose de passer par un véritable parcours du combattant pour l’entrepreneur qui doit pouvoir assurer une mise à disposition rapide de ses solutions sur le marché. Rappelons-nous que nous parlons d’innovation et que cette dernière est consommatrice de ressources diverses : technique, économique, humaine… Le financement de l’innovation et de la croissance des entreprises IT est donc un axe complexe à prendre en compte avant de se lancer dans un projet.

José Jacques-GustavePar José JacquesGustave, PDG G2J

La première phase du développement est généralement tournée vers un financement amont du projet pour lancer la R&D. A ce stade, beaucoup d’entreprises se tournent vers un actionnariat privé et familial. Ce premier stade de développement permet de bénéficier de ressources salvatrices pour démarrer rapidement son projet et embaucher de premiers collaborateurs importants : directeur technique… Une fois le cycle de développement finalisé, nous entrons donc en phase de commercialisation. Une des spécificités du marché des nouvelles technologies est la concurrence que se livrent les organismes du secteur, notamment avec les fournisseurs anglo-saxons qui équipent une bonne partie des acteurs.

Il est donc important d’exister dans ce paysage et de se doter de ressources commerciales et marketing permettant de se positionner comme un acteur crédible, solide et pouvant accompagner dans le temps un client dans son projet. Dans ce contexte, l’accès à de nouvelles ressources financières est un élément clé qui permettra à l’entreprise de se développer dans les meilleures conditions.

La levée de fonds s’inscrit souvent dans la road map des entrepreneurs à ce moment. Après avoir été menée tambour battant, cette dernière doit ensuite être utilisée au mieux et ne pas se positionner comme une charge trop importante. L’entrepreneur doit tirer parti de cette dernière en investissant les ressources au bon endroit. Il est important de respecter ses engagements vis-à-vis des actionnaires et de ne pas perdre de vue que cet apport a pour but de « vendre » et d’atteindre une profitabilité à court terme. L’entreprise entre alors en phase de croissance et de consolidation et doit rapidement s’imposer sur le marché pour lui permettre de s’installer durablement comme un fournisseur privilégié. On notera également qu’il ne faut pas perdre de vue le développement à l’international qui représente un axe de crédibilité clé pour l’entreprise.

Une fois ces étapes finalisées, les notions de croissance externe, de sortie des investisseurs… sont fréquemment envisagées. Le rôle de l’entrepreneur est également un point central et personnel. Une des étapes les plus stimulantes tient à l’intégration de son projet dans un ensemble plus vaste. La fusion et la réunion de compétence avec un autre groupe et ainsi une piste génératrice de valeur. Cette notion est particulièrement évidente dans le monde des nouvelles technologies où les synergies technologiques sont à la base de réels succès. L’entrepreneur doit alors décider de son rôle : continuer l’aventure en tirant avantage de la nouvelle organisation, accroître son champ d’intervention, céder sa place, se positionner sur de nouveaux projets… La décision est alors personnelle et peut largement influer sur la gouvernance de l’entreprise.

Ces différents éléments mettent en avant les principales évolutions liées à la vie d’une entreprise technologique. Passionnante, chaque étape de développement permet au créateur d’actionner des rouages qui lui permettront de faire évoluer son projet favorablement ; l’important étant d’accéder aux bonnes ressources au bon moment et de s’appuyer sur une ligne de conduite permettant de créer de la valeur dans une logique de long terme.