Dépenses IT 2012 en France : priorité à l’infrastructure et aux applications selon l’étude NetmediaEurope / Aastra

Tendances IT

Les DSI français privilégient l’infrastructure et les applications dans leurs investissements à venir. Les entreprises qui comptent augmenter leurs dépenses dans ces domaines sont légèrement plus nombreuses que celles qui tablent sur une réduction. C’est ce qui ressort de l’étude Dépenses IT 2012, menée par le département études de NetMediaEurope (le groupe auquel appartient ChannelBiz.fr) en partenariat avec Aastra auprès de 240 responsables informatiques d’entreprises françaises de 100 à 5 000 salariés.

L’étude est non seulement intéressante mais éclairante sur les choix d’investissement des décideurs IT des entreprises de 100 à 5 000 salariés. 240 responsables informatiques ont ainsi été interrogés et leurs réponses étudiées à la loupe par Netmedia Europe et Aastra.

POUR TELECHARGER L’ETUDE DANS SON INTEGRALITE, Cliquez ICI

Premiers faits saillants : 24% des structures interrogées déclarent s’orienter vers une hausse de leurs dépenses consacrées à l’infrastructure. Une bonne nouvelle accompagnée d’un gros bémol : 20% pensent au contraire qu’elles vont les diminuer ! Pour les applications, les chiffres s’élèvent respectivement à 22% et 16% ! Et l’étude montre que l’applicatif a particulièrement le vent en poupe dans les grandes organisations (plus de 500 salariés) : 23% d’entre elles vont augmenter leurs dépenses dans ce secteur, tandis que 17% indiquent compter les baisser !
Pour la téléphonie et, dans une moindre mesure pour les services, la tendance est plus morose : on observe nettement plus d’entreprises désirant réduire leurs investissements que de sociétés indiquant vouloir les augmenter. Une contraction des dépenses dans ces domaines au cours de l’année 2012 s’avère donc envisageable. Et c’est dans les structures de 100 à 500 salariés exprimant à 43% leur intention de réduire leurs dépenses dans secteur (seulement 14% d’intentions de hausse), que les investissements en téléphonie seront affectés.

Faut-il s’en réjouir ? : l’innovation semble plutôt préservée. Une large majorité des entreprises affirment qu’elles vont s’orienter vers un maintien des dépenses, le solde entre les sociétés qui vont dépenser moins et celles qui vont dépenser plus étant toutefois proche de zéro.

Evolution par domaine de la dépense IT en 2012 par taille d’entreprises
« Comment vont évoluer en 2012 vos dépenses dans les domaines suivants ? »


Client léger, hyperviseurs, ToIP… certaines technologies ont le vent en poupe

L’étude va plus loin qui analyse en profondeur les technologies gagnantes et celles qui vont souffrir en 2012. La téléphonie sur IP et le collaboratif sont au nombre des gagnantes. Et bien entendu, Aastra, acteur majeur du secteur s’en réjouit : « C’est un résultat très encourageant pour Aastra qui confirme la forte demande à laquelle nous répondons et nous conforte dans la pertinence de nos solutions unifiées et collaboratives, intégrant entre autres les communications vidéos », déclare Jean-Denis Garo Directeur Communication et Marketing Support Aastra France.

L’étude liste les technologies dont les dépenses vont le plus augmenter en 2012. On retrouve :
– Le client léger pour les dépenses consacrées aux postes de travail, en particulier dans les entreprises issues du secteur public et des services ;
– Les hyperviseurs pour les dépenses consacrées aux serveurs ;
– Le WiFi et la téléphonie sur IP pour les dépenses consacrées au réseau ;
– Les outils de sauvegarde et d’archivage pour les dépenses consacrées au stockage, notamment dans les entreprises de 100 à 500 salariés et le secteur public ;
– La sécurité des données pour les dépenses consacrées à la sécurité ;
– Les ERP (notamment dans l’industrie) et le collaboratif (en particulier dans les services) pour les dépenses consacrées aux applications.
Si une contraction des investissements menacent donc les services IT et la téléphonie, deux domaines tirent cependant leur épingle du jeu. Il s’agit des développements / intégration de système dans le secteur des services d’une part. Des smartphones pour la téléphonie, notamment dans les entreprises de plus de 500 salariés et celles du secteur public et des services d’autre part…

Prudence, mère de toutes les vertus ?

On ne s’en étonnera pas : dans le contexte économique actuel incertain, les entreprises font preuve de prudence. Un peu plus de 60% d’entre elles disent s’orienter vers un maintien de leurs dépenses informatiques en 2012. Et les auteurs de l’étude précisent : « il faut s’attendre à des réajustements au cours de l’année car les entreprises ne manqueront pas de piloter leurs dépenses en fonction de leurs performances commerciales. »
« Si la conjoncture venait à se dégrader, un léger recul de la dépenses IT en France serait possible, d’autant que les grandes entreprises sont plus pessimistes que leurs consoeurs de plus petite taille », déclare Thierry Hamelin, directeur des études chez NetMediaEurope (retrouvez-le ci-dessous dans « 3 questions à… ».

La proportion des sociétés de plus de 500 salariés désireuses de baisser leurs dépenses IT (22%) est en effet supérieure de 5 points à celle qui envisagent de les augmenter.

Evolution de la dépense IT en 2012 par taille d’entreprises

« Comment vont évoluer l’ensemble de vos dépenses informatiques en 2012 ? »

Méthodologie de l’étude
Cette étude, réalisée en partenariat avec Aastra, a été menée en France entre décembre 2011 et janvier 2012 auprès de 240 responsables informatiques d’entreprises françaises de 100 à 5 000 salariés issues de l’industrie, des services et du secteur public. L’essentiel des réponses a été collecté par téléphone (85%), le reste en ligne.

Retrouvez page suivante: trois questions à… Thierry Hamelin


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur