BE2BILL_PBontemps

Philippe Bontemps : « be2bill permet une baisse de 10% des frais bancaires pour les e-commerçants »

Spécialiste des micro-paiements, Rentabiliweb dévoile be2bill, une nouvelle solution de paiement dédiée au commerce en ligne. Pourquoi ce groupe se lance sur le marché de la carte bancaire ? Quels sont les avantages de sa solution par rapport aux offres concurrentes ? Les réponses de Philippe Bontemps, Directeur Général de Rentabiliweb Europe

Le par Jérôme Bouteiller 0

Pourquoi vous lancez vous sur le marché de la carte bancaire ? Le segment du micro-paiement arrivait à maturité ?

PB – Entrer en concurrence avec les acteurs bancaires sur leur propre terrain peut sembler audacieux, mais notre légitimité est totale. Nous nous appuyons sur 10 ans d’expérience en qualité d’e-commerçant et 10 ans d’expérience dans l’optimisation des transactions. Nous sommes également le 1er pure player Internet agréé par la banque de France et à ce jour le seul qui soit membre du GIE cartes bancaires. En lançant be2bill, notre objectif est d’optimiser le moyen de paiement privilégié du commerce en ligne et utilisé dans 90% des transactions sur Internet : la carte bancaire.  Notre approche peut paraitre singulière au moment où les nouveaux entrants sur ce marché du paiement proposent des moyens de paiement dit alternatifs. Nous considérons chez Rentabiliweb que les commerçants ne cherchent pas de nouveaux moyens de paiement mais veulent simplement optimiser les paiements par cartes tant sur le plan marketing, ergonomique pour optimiser le taux de conversion que sur le plan de la lutte contre la fraude. Il était donc normal que nous nous concentrions sur cette attente et be2bill correspond parfaitement à cette attente.

Par ailleurs il faut distinguer ce qui relève du micropaiement de ce qui relève de la microtransaction.

Si le micropaiement (paiement par SMS/audiotel) est encore beaucoup utilisé par les éditeurs de contenus digitaux, il implique, par sa structure, un coût plus important que la microtransaction (panier moyen à moins de 10€) qu’un éditeur peut tout à fait proposer en paiement par carte. On observe ainsi que les éditeurs privilégient de plus en plus un paiement par carte à un paiement avec prélèvement sur sa facture téléphonique.

 

Vous annoncez une réduction des coûts bancaires pour le marchand. Quels sont vos tarifs ? 

PB : Notre offre tarifaire est souple et sur-mesure. Elle est adaptée à l’e-commerçant. Sont pris en compte dans sa définition : le volume d’affaire, la nature du contenu, l’origine du trafic, le panier moyen et le niveau de sinistralité du site en question. L’étude que nous avons faite plusieurs mois avant le lancement de be2bill sur plus de 500 sites marchands a révélé que nous offrons, en moyenne,  une baisse de 10% en sur les frais d’encaissement et les frais bancaires.

 

Vous semblez surtout miser sur le CRM pour séduire les marchands. De combien pensez-vous réduire les abandons de commande et augmenter le taux de conversion ?

PB – En tant que spécialiste du Web, nous maîtrisons son ecosysteme et donc disposons des outils pour analyser la data autour de l’achat ou du cyber-acheteur.

La mise en place de solution de types « one click » ou « 3DS debrayable » sont, parmi d’autres, des moyens que nous pouvons  mettre en place afin d’optimiser le tunnel de vente et d’augmenter les taux de transformation.  Nous avons ainsi réussi à atteindre une augmentation moyenne des ventes de 15% !

 

Dernier commentaire




0 replies to Philippe Bontemps : « be2bill permet une baisse de 10% des frais bancaires pour les e-commerçants »

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>