HP, tout va très bien… mais la firme reste orpheline de son activité tablettes !

Stratégies Channel
Gérard Clech

Ce 19 janvier, à la Maison de l’Amérique Latine à Paris, HP France organisait sa conférence de presse de bons vœux à la presse IT Française. Et le message alors tenu par le PDG, Gérald Karsenti, et son staff était en substance : « tout va très bien madame la marquise ». Pas faux, mais partiellement vrai : HP ici, comme ailleurs dans le monde, reste orpheline d’une vraie stratégie en matière de mobilité et de tablettes numériques, après l’abandon de sa TouchPad et le passage en Open Source de WebOS.

Par Gérard Clech, Rédacteur-en-chef de ChannelBiz.fr

A la faveur de sa conférence de presse de bons vœux à la presse, Gérald Karsenti – le PDG de HP en France – a annoncé pêle-mêle des résultats excellents, particulièrement dans le B2B (80% de l’activité de la firme dans l’hexagone), 9 contrats d’infogérance gagnés en 2011 pour pas moins d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires, une présence solide et même renforcée dans tous les canaux de distribution, la poursuite des investissements dans les centres de compétence hexagonaux et les datacenters, le recrutement planifié de 300 personnes en 2012 dont 120 jeunes diplômés ou encore la puissance de ses 5 grands axes stratégiques clés : nouveaux usages (prosumérisation), sécurité, management de l’information à l’heure du Big Data en s’appuyant sur le rachat d’Autonomy, flexibilité et cloud, et last but not least convergence des technologies. Gérard Karsenti s’est exclamé : « HP veut être une société d’innovation et de transformation ».

Chiche !

« Chiche ! » ont répondu en chœur certains journalistes durant la séance de questions-réponses, faisant remarquer que les atermoiements estivaux autour de la volonté de se séparer de l’activité PC/Poste de travail puis le manque de visibilité sur la stratégie « mobilité et tablettes » à l’heure où le marché de ces dernières explose littéralement, a de quoi inquiéter…

L’argument semble avoir porté…  Si Pascale Dumas  – à  la tête de la division PSG – a préféré répondre « en creux », évoquant l’engagement de sa firme dans les ultrabooks (« Nous allons être l’un des principaux acteurs de l’ultrabook, en collaboration avec Intel et Microsoft »), et si au sujet de Web OS il a été rappelé que cet excellent OS (de l’avis de beaucoup de spécialistes) a rejoint le monde du logiciel libre pour doper l’engagement des développeurs (« un risque pour HP » a reconnu G.Karsenti, « mais un risque à prendre »), il n’en reste pas moins que HP risque bien justement, s’il ne réévalue pas sa position sur le sujet, de voir s’échapper un marché qu’il aura un temps frôlé du doigt et sur lequel ses arguments étaient aussi forts que nombreux…

Répondre – comme cela a été fait – qu’Apple est pour l’heure imbattable sur ce marché avec ses iPad, ou minimiser l’importance des tablettes, en B2C comme en B2B, au mépris de la croissance exponentielle constatée des volumes vendus en fin d’année, n’est pas du niveau d’une firme qui est – et demeure pour l’instant – le N°1 de l’informatique mondiale !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur