Intégration d’Amosdec au sein d’Avnet TS ou «1+1=3 »

Stratégies Channel

Le 17 mai dernier, on apprenait qu’Avnet TS avait signé un accord pour racheter et intégrer à son organisation mondiale le français Amosdec, VAD reconnu principalement pour sa spécialisation VMware (mais pas seulement). En cette rentrée 2011, l’heure est venue pour l’état-major de la nouvelle structure de communiquer, par la voix principalement de Graeme Watt – Président d’Avnet TS -, de passage à Paris. En compagnie des ex-Amosdec Serge Aziza et Jacques Heller (nommé à la tête de la nouvelle entité française) et de Dieter Lott, ex-CFO d’Avnet TS en Europe désormais vice-président en charge du développement, la discussion a tourné autour des enjeux de l’alliance, des opportunités nées de celle-ci et des évolutions à attendre pour les prochains mois.

Jacques Heller
Graeme Watt Avnet TS

Graeme Watt, de passage à Paris, et Serge Aziza (l’un des fondateurs d’Amosdec qui continuera d’accompagner l’entreprise pendant quelques temps encore) n’ont pas manqué, devant quelques journalistes de la presse channel triés sur le volet, de commenter le rachat et l’intégration au sein d’Avnet TS d’Amosdec (ce dernier devenant en quelque sorte la division « Business Entreprises » d’Avnet TS dans l’hexagone et nommé en conséquence AVnet TS BE à compter du 1er janvier 2012). A l’instar de Bell Micro, autre VAD repris par Avnet, Amosdec voit donc définitivement disparaitre son nom…

Pour Serge Aziza : « Avnet TS est un distributeur de renom et souhaitait accroitre sa présence en France. La très bonne réputation d’Amosdec a plaidé en faveur d’un tel rapprochement et d’une intégration au sein d’Avnet TS afin d’apporter au marché une offre adaptée aux besoins des clients. L’objectif d’une telle union peut se résumer par une équation : 1 + 1=3. Autrement dit, il s’agit de faire en sorte que chacun apporte le meilleur à l’autre, et que l’entité née de ce rapprochement, avec Jacques Heller à sa tête (un gage de continuité et de sérieux), permette de performer comme jamais ! »

« Evidemment, concède l’ancien patron d’Amosdec, il a fallu quelques semaines pour stabiliser la situation, et pour lever les doutes ou les interrogations, tant en interne avec les personnels qu’à l’extérieur. Tous sont rassurés et savent où nous allons avec des objectifs améliorés et des moyens supérieurs.»

Une conviction clairement affirmée alors même que l’intégration, tant d’un point de vue financier que juridique, mais aussi informatique (mise en musique des ERP des deux entités principalement), doit se poursuivre tout au long de l’exercice fiscal 2011, qui a débuté le 1er juillet dernier.

A terme, l’ensemble constitué et dirigé par Jacques Heller (jusqu’ici à la tête d’Amosdec) devrait réaliser un chiffre d’affaire annuel avoisinant les 100 M€, employer sur le site de Courbevoie 9 des 25 personnes jusqu’alors employées par Avnet TS France (aucun licenciement pour doublon n’est prévu). Les 16 autres employés d’Avnet TS devraient rester sur Massy et former la division composants IT (CCIS) avec à sa tête Oriane Marin (elle dirige aussi les finances des deux entités du groupe et sera la cheville ouvrière, sur un plan financier, du projet d’intégration en cours.)

Pour qui, pour quoi ?

Serge Aziza

Pourquoi avoir choisi cette carte Avnet, sachant que d’autres hypothèses ont sans doute été écartées par la direction d’Amosdec : (à commencer par un rachat par Tech Data qui l’a longtemps courtisée) ? Serge Aziza répond sans ambages : « Nous avons privilégié le facteur humain. Le montant du chèque (ndr : non précisé) n’a nullement été le seul élément pris en compte dans notre décision. Je souligne du reste que nous avons très vite noué une relation de qualité avec Dieter Lott, qui a joué un rôle majeur dans le rapprochement de nos deux groupes. »

Elargir son périmètre d’activité et le catalogue de solutions, telle est bien l’une des plus grandes intentions évoquée par Graeme Watt, et confirmée par Jacques Heller. Reposant sur un socle fonctionnel connu (Virtualisation avec VMware et stockage avec Netapp notamment), l’entité née du rapprochement ambitionne à moyen et long terme de devenir un acteur majeur en France avec une offre complète allant du réseau de base au datacenter, « le tout, précise Jacques Heller, avec sans cesse une recherche de valeur pour les revendeurs et distributeurs. » Il ajoute : « travailler avec nous c’est notamment une bonne opportunité pour le segment des entreprises moyennes qui, jusqu’ici, voyaient d’un côté des spécialistes réseaux, de l’autre des spécialistes du stockage. Nous faisons le pont entre ces deux activités majeures pour une cible de resellers, value resellers et system integrators. »

Intimement convaincus que le gros du business va se concentrer entre les mains d’un petit nombre d’acteurs, avec Arrows ECS, Magirus et Altimate comme principaux concurrents, Avnet TS BE va aborder le marché en s’appuyant sur ses expertises fortes en matière de stockage et de virtualisation (VMware). La croissance de l’organisation va l’y aider : « Le marché et les technologies ont beaucoup évolué au cours des dernières années, explique Jacques Heller, et notamment autour de la virtualisation et du Cloud. Nous avions donc l’obligation d’atteindre une taille critique pour nous adresser globalement et efficacement au marché et à ses acteurs. »

Parmi ces acteurs, il y a Dell et Serge Aziza de préciser : « C’est l’un des précédents clients. Il nous fait confiance et continuera de le faire. C’est en s’appuyant sur Amosdec qu’il est devenu le premier revendeur de VMware en France. » Un VMware qui a pris une part prépondérante dans l’activité d’Amosdec avant la reprise par Avnet, mais sans négliger pour autant Netapp dans le domaine du stockage ou Stonesoft par exemple dans le domaine de la sécurité. Interrogé sur l’intérêt pour la nouvelle entité d’ajouter d’autres acteurs de la virtualisation au catalogue, Serge Aziza répond tout de go : « Quand vous avez une croissance supérieure à 100% avec VMware, pourquoi voulez-vous que nous nous intéressions de près voire que nous travaillions avec d’autres acteurs du domaine ? ». Par contre il semble bien qu’il y ait du travail en commun avec un autre spécialiste de la virtualisation autour de VMware (Veeam) et M.Aziza d’expliquer : « Comme Veeam promet d’ouvrir aussi son offre à HyperV, nous y viendrons sans doute aussi. » Du reste, Graeme Watt rappelle qu’au niveau européen et mondial, AVnet travaille d’ores et déjà avec Microsoft et son HyperV. « C’est donc à suivre… » dit-il sur le mode elliptique !

Un Graeme Watt qui conclut la rencontre par ces mots : « La France est un marché majeur pour nous désormais. L’acquisition d’Amosdec et son intégration en notre sein nous permettent aujourd’hui de nous ancrer solidement dans l’hexagone. Nous souhaitons investir à l’avenir dans le développement de notre image et, bien sûr,  de notre business. Je suis très confiant dans le succès de notre activité et dans la compétence et l’efficacité de nos équipes, qu’elles furent par le passé déjà chez AVnet ou qu’elles y arrivent à la suite du rachat d’Amosdec. »

Lire à ce sujet:

Annonce du rachat :

http://www.channelinsider.fr/2011/05/18/avnet-avale-le-franais-amosdec/

Annonce de la finalisation du rachat :

http://www.channelinsider.fr/2011/08/08/avnet-technology-solutions-rachete-amosdec/

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur