WWDC: avec iCloud, Apple attaque le marché de la musique en nuage

News Channel

Steve Jobs en personne va présenter iCloud aujourd’hui à l’occasion de la WWDC. Le service dans le nuage d’Apple dont le stockage de musiques est le fer de lance a, contrairement aux concurrents Google et Amazon, vu Cupertino signer des accords de licences avec les principales maisons de disques.

A l’occasion de la WorldWide Developers Conference (WWDC) d’Apple, qui s’ouvre aujourd’hui à San Fransisco, l’emblématique co-fondateur de la firme à la pomme, Steve Jobs, doit présenter son service de cloud computing. Baptisé iCloud, grâce au rachat de ce nom de domaine à la société suédoise Xcerion, l’offre de stockage en ligne présentée vise à concurrencer les géants Amazon (Cloud Drive) et Google (Beta Music) déjà présents dans ce secteur.
Même si de plus amples précisions seront données ce soir par Steve Jobs – qui devrait être présent en dépit de son congé maladie en cours – la firme de Cupertino a rompu avec la tradition du secret à laquelle elle nous avait habitués. Parmi les fonctionnalités, iCloud permettra comme tous les autres services similaires, de stocker, photos, vidéos, musiques et autres fichiers sur les serveurs d’Apple, vraisemblablement à Maiden en Caroline du Nord. La marque à la Pomme y a en effet récemment construit un datacenter de plus de 46.000 m2, l’un des plus importants au monde !

Un ciel nuageux ou sans nuage ?

Les contenus dans le nuage seront ainsi accessibles depuis tous les terminaux mobiles d’Apple bénéficiant d’une connexion Internet. En outre, en collaboration avec sa plateforme iTunes et ses 200 millions de comptes actifs, la firme de Cupertino compte bien frapper très fort sur le marché de la musique en ligne en streaming. Citée par nos confrères de Silicon.fr, l’agence Bloomberg révèle que la marque à la pomme aurait signé des accords de licences avec les majors EMI, Sony, et Warner, tandis que les discussions ne
tarderaient plus à aboutir avec Universal (Vivendi).

Un atout important pour Apple, qui en plus de ne risquer aucune poursuite – contrairement à Google et Amazon ayant échoué dans leurs négociations avec les maisons de disques – doit permettre à ses utilisateurs de bénéficier de la fonction ‘scan and match’, une technique permettant la synchronisation automatique de la bibliothèque musicale de l’utilisateur sur les serveurs d’iCloud. Une offre non proposée par la concurrence.

Enfin, s’agissant des tarifs, nos confrères de Gizmodo.fr évoquent, une offre gratuite dans un premier temps puis de 25 dollars par an. Quant à la répartition des bénéfices, entre Apple, les majors et les éditeurs, les chiffres divergent selon les sources. Steve Jobs devrait donner de plus amples détails ce soir (heure européenne).