Marché des serveurs : HP domine dans toutes les catégories

Stratégies Channel

Que ce soit en volume ou en revenus générés, HP reste contre vents et marées le numéro 1 sur le marché des serveurs, en dépit de la concurrence aux dents longues.

Le Cabinet Gartner confirme la bonne santé du marché des serveurs sur le premier trimestre 2011, avec une croissance de 8,5 % des ventes constatée depuis la fin de l’année dernière. Une croissance en volume qui s’accompagne d’une autre en valeur, encore plus sensible : + 17,3 % !

Et sans grande surprise ce sont les serveurs x86 qui continuent de se tailler la part du lion (+8,6 % de ventes et + 17,5 % en revenus). Pour leur part, les serveurs UNIX RISC et Itanium semblent sortir de leur léthargie (+ 5,2 % de ventes et surtout + 20,7 % en revenus). Enfin, les autres types de serveurs, les mainframes pour l’essentiel, voient grimper leurs revenus de 19,6 % ! Un sacré tir groupé !

HP caracole toujours en tête

En termes de revenus, le leader du secteur reste sans conteste HP. La firme de Palo Alto réunit plus de 30% de parts de marché, à 30,2 % exactement (+12,9 % depuis le premier trimestre 2010). IBM se fait toutefois pressant : Big Blue a en effet réussi à capter 29,7 % des revenus (soit une progression de 23,3 %). Quant à Dell, on peut considérer qu’il s’en sort « honorablement » (14,9 % de PDM en valeur et une progression à deux chiffres : +13,1 %). Idem pour Oracle (6,3 % des revenus et une très belle progression de 33,6 %). Enfin, Fujitsu semble le moins à l’aise, même si les raisons de sa contre-performance sont nombreuses (4,7 % de PDM en valeur pour une baisse de 8,3 %).

Une première impression générale qu’il convient toutefois de mettre en perspective à la lumière des volumes de ventes générés. Là, HP domine toujours avec 29,8 % de parts de marché (+2,3 %), devant Dell (22 % de parts de marché, -0,4 %), IBM (11,8 % de parts de marché, +1,6 %), Fujitsu (3,3 % de parts de marché, -1,2 %) et Oracle (1,6 % de parts de marché, -13,5 %).
On en tire une conclusion somme toute assez simple : les constructeurs de serveurs x86 constituent l’essentiel des ventes, mais se font rattraper en termes de revenus générés par les concepteurs de machines RISC et de mainframes.

Un phénomène dû d’abord à la concurrence qui fait rage dans le monde des serveurs x86, et – pour les serveurs RISC – par une montée en gamme, qui s’accompagne d’une flambée des prix. Elle est particulièrement marquée chez Oracle, puisque la firme augmente ses revenus de 33,6 %… malgré une diminution du volume de ses ventes de 13,5 % ! Etonnant… Mais risqué à moyen terme, dans un secteur aussi concurrentiel.