Les JO d’EMC: plus vite, plus intégré, plus loin…

Stratégies Channel

En faisant trois annonces stratégiques, le leader mondial du stockage veut faire la démonstration qu’il conserve la main sur les évolutions majeures du secteur : SSD, convergence et ‘Cloud’ hybride.

Par notre envoyé spécial, José Diz (adaptation : GC)

A l’occasion de la convention EMC World 2011, les dirigeants de l’entreprise sont revenus en détail sur les annonces des derniers mois.  Exercice classique à l’attention d’un public qui ne suit pas forcément toutes les évolutions de chaque famille de produits. Mais afin de ne pas laisser ce public sur sa fin, plusieurs annonces ont été faites, dont trois marqueront certainement la stratégie d’EMC pour les mois et années à venir.

Gros coup de flash sur le SSD

Révolution essentielle pour faire décoller les performances du stockage, les disques SSD (Solid State Drives) restent encore chers et limités en capacité. Revendiquant la place de pionnier dans l’introduction des SSD au cœur du stockage (en 2008), EMC annonce avoir livré une capacité globale de 14 pétaoctets en 2010 !  Pat Gelsinger, président Information Infrastructure Products chez EMC s’est exclamé : « La moitié des Vmax et des VNX commandés intègrent aujourd’hui des capacités Flash.»

Le constructeur annonce qu’il va rendre la technologie Flash plus abordable, en associant l’entrée de gamme MLC (multi-level cell) du SSD et le haut de gamme SLC (single-level cell), dans ses équipements VMax et VNX qui nécessitent de hauts niveaux de performances.

Au cours de cette année, le projet baptisé « Lightning » va prendre corps sous la forme d’une technologie PCIe/flash de cache serveur. Objectif : rapprocher les données du processeur pour améliorer les performances. « En intégrant du SSD côté serveur sous forme de cache et dans l’équipement de stockage, combinés à la technologie de tiering FAST [stockage hiérarchique], nous augmentons les performances tout en optimisant l’infrastructure réseau pour des applications plus performantes», explique Pat Gelsinger. Dans cette optique de généralisation des SSD, EMC a créé une division dédiée à la technologie Flash pour étudier toutes les opportunités et les partenariats éventuels autour d’elle.

Convergence et flexibilité VMax pour le cloud

Positionnant clairement sa gamme Symmetrix VMax comme une solution pour le Cloud Computing, l’équipementier annonce avoir déjà plus de 50 nouveautés à proposer sur ces produits.

La convergence réseau/stockage via le protocole Ethernet devient aussi chaque jour une réalité plus tangible. Le leader du stockage annonce le support natif de FCoE (Fibre Channel over Ethernet) dans ses produits VMax pour « unifier les protocoles sur le backbone d’une infrastructure cloud.»
Pour préserver la continuité de service des applications, les fonctions FLM (Federated Live Migration évitant de redémarrer les équipements après mise à jour) sont enrichies du Dynamic Multipathing (DMP). Ainsi, elles peuvent être utilisées dans des environnements plus nombreux, et limiter d’autant les temps d’arrêt. Enfin, la sécurité a été améliorée avec la possibilité d’utiliser RSA Data Protection Manager sur des serveurs externes en lien avec le chiffrement des données stockées Symmetrix VMAX D@RE (data-at-rest encryption).

Le stockage voyage sur le ‘Cloud’ hybride

Si le cloud privé incarne une première étape pour les entreprises. Les observateurs avisés savent que le ‘cloud’ hybride sera l’étape suivante, le Cloud public s’imposant chez certains. C’est pourquoi EMC lancé sa technologie VPlex en mai 2010, qui permet aux entreprises d’agréger des ressources de stockage (EMC ou non) dans un même datacenter ou de plusieurs datacenters distants de moins de 100 km. Bien entendu, tout ce stockage est alors utilisé comme une unique ressource.

Et le constructeur d’annoncer maintenant VPlex Geo qui apporte la mobilité des données entre datacenters distants de plusieurs milliers de kilomètres. Ainsi, les utilisateurs peuvent combiner ces possibilités avec des serveurs virtuels et mettre en place des mécanismes évolués de répartition de charge dynamique et de continuité d’activité sans barrière géographique (Live App Mobility).

En outre, la dernière version du système d’exploitation VPlex gagne en efficacité, en autorisant le déplacement ou la copie de données sans interruption sur des ressources virtualisées ou en ‘thin provisioning‘, EMC ou non. Une sorte d’allocation de stockage “à la demande”. VPlex et sa fédération de ressources s’ouvrent à des systèmes de stockage supplémentaires de milieu de gamme NetApp et HP. À noter aussi parmi les nouveautés : de nouveaux clusters racks empilables VPlex, dotés de processeurs Intel multicoeurs, de cartes PCI Gen 2 et d’interfaces 10 GE WAN pour accélérer les débits entre nœuds de cluster et entre clusters.

Last but not least, le constructeur lance les EMC Proven Solutions, des services pour accompagner ses clients dans l’utilisation de VPlex Geo dans le cas d’applications critiques, comme SQL Server, SharePoint ou SAP en environnement Hyper-V. Bien entendu, ces conseils autour de bonnes pratiques sont aussi proposés en environnement VMware…