Pierre Vacherand (Apalia) prend la parole à l’heure de l’accord avec Cloud.com

Stratégies Channel

Le Directeur d’Apalia pour la France a bien voulu répondre aux questions de Channel Insider France pour évoquer notamment l’accord passé avec Cloud.com qui assure à Apalia un beau décollage dans les plateformes de type IaaS. 

Channel Insider France – Apalia, cette société est encore peu connue dans nos contrées. Que diriez-vous pour vous présenter aux lecteurs de Channel Insider France ?

Pierre Vacherand, directeur d’Apalia – Fondée début 2010 à San Francisco, la société Apalia est composée d’un groupe de professionnels des technologies de l’information pionniers du Cloud Computing depuis 2007 aux USA. Les fondateurs d’Apalia ont acquis leur expertise auprès de Cloud Service Providers Californiens (IaaS), de MSPs, de Telco et d’éditeurs de logiciels systèmes. Notre équipe est particulièrement expérimentée dans la conception d’infrastructures « as-a-Service » (IaaS) Privés et Publics.
Notre offre s’articule autour de  services de conception d’IaaS Public (Telcos, VARs, MSPs), de conseil sur la stratégie Cloud (grands groupes) et de développement de logiciels permettant une meilleure exploitation des infrastructures Cloud IaaS.

Vous venez de signer un accord de partenariat important avec Cloud.com. En quoi consiste ce partenariat et qu’apporte-t-il concrètement à Apalia ?

PV – Apalia connait Cloud.com depuis sa création (société née sous le nom de VMOps). D’un point de vue technique, ce partenariat permet à Apalia de bénéficier d’un support prioritaire, d’avoir un accès aux développeurs notamment pour les évolutions des API et de bénéficier des logiciels dès leur phase beta. D’autre part Apalia a développé un logiciel de billing Cloud (facturation à l’usage) adapté au marché Européen et aux spécificités de Cloud,com CloudStack.
D’un point de vue commercial, Apalia bénéficie d’une exclusivité d’intégration de CloudStack pour la France et la Suisse.

Quels sont les avantages concurrentiels de Cloudstack par rapport à la concurrence ?

PV – CloudStack fonctionne avec presque tous les hyperviseurs (Xen, KVM, vSphere et bientôt Hyper-V et Oracle VM), dispose de mécanismes de sécurité avancés (chaque VM (Virtual Machine) possède son propre routeur virtuel et peut avoir son propre firewall), l’interface de provisionnement des machines virtuelles et du stockage est très intuitive et très puissante et  offre la possibilité d’avoir accès à plusieurs tiers de stockage ( Standard: SATA , High-performance: 15K SAS ou  Ultra-performance: SSD), les VM provisionnées dans CloudStack sont portables (vers Amazon AWS par exemple) et il est possible de bâtir facilement des Clouds hybrides.
Cloud.com est arrivée très tôt sur le marché du IaaS et dispose de nombreuses références de IaaS Publics et Privés, les retours d’expérience sont très importants lorsque les technologies sont encore jeunes.

Comment approchez-vous le marché français et quels sont les principaux VARs et MSPs avec lesquels vous travaillez ici ?

Pour aborder le marché français, nous avons notamment construit une plateforme de démo IaaS permettant de simuler tous types d’IaaS Publics ou Privés et nous avons adapté notre logiciel de billing aux spécificités du marché français.
D’autre part, afin de limiter l’investissement et accélérer la mise en service,  nous avons conçu une offre de IaaS en marque blanche conçue pour des VARs et MSPs qui souhaiterait tester le marché au plus vite (les VARs et MSPs s’appuient alors sur un IaaS existant avec des interfaces à leur couleurs) .
Pour l’instant nos clients français VARs et MSPs sont encore en phase beta, certains vont faire des annonces relatives au lancement de leurs services IaaS dans les prochaines semaines. Compte tenu des choix matériels et logiciels, leurs offres vont être très compétitives par rapport aux IaaS Public existants.

Entre les différents types de plateformes (IaaS, SaaS, PaaS), quelle est celle qui, selon vous, tient la corde pour les mois à venir ?

Le SaaS représente environ 80% du Cloud Computing mais le IaaS permet de répondre aux besoins évolués de personnalisation de certaines sociétés et le marché du IaaS progresse désormais très fortement. Le IaaS permet de conserver (et même renforcer) les compétences des équipes internes, ce qui est moins le cas avec le SaaS.
Le PaaS progresse également mais dans une proportion moindre et plusieurs acteurs importants (VMware, Redhat) viennent de faire des annonces importantes très récemment,

A un an, quelles sont les opportunités et menaces perçues par Apalia dans le domaine du Cloud ?

On note de nombreuses opportunités pour des Cloud IaaS Privés destinés à la consolidation des ressources et à l’automatisation du SI, dans un an les grands groupes auront un IaaS Privé en production et testeront le Cloud Hybride.
L’une des principales menaces des projets Cloud est le manque de préparation de certaines sociétés qui sous-estiment la formation, les défis organisationnels, la sécurité et  gouvernance des applications et ressources au sein de Clouds Publics….)