Thierry Cossavella, Directeur d’Athena Global Services évoque le brillant Shadow Protect 4

Stratégies Channel

Rencontré récemment à Paris, le Directeur du grossiste et éditeur spécialisé dans la sécurité IT nous a parlé du lancement en France de Shadow Protect 4, une solution très innovante et efficace de sauvegarde et récupération de données éditée par StorageCraft. Au-delà, Thierry Cossavella évoque dans cet entretien la situation économique de sa société et glisse quelques informations sur un projet de futur service dédié aux revendeurs.

Channel Insider – Vous lancez ces jours-ci la nouvelle version de ShadowProtect (la V4) pas encore très connue dans nos contrées, mais qui mérite le détour… Expliquez-nous ça…

Thierry Cossavella – Editée par StorageCraft, cette solution logicielle que l’on doit à l’inventeur de la technologie de « backup d’une image a chaud » (y compris les fichiers ouverts), est en effet au catalogue d’Athena GS et nous en avons la distribution exclusive. ShadowProtect 4 présente quatre grandes innovations, uniques, de nature à faire mieux sur le marché que les concurrents directs que son Symantec et Acronis.

De quoi s’agit-il ?

Il y’a d’abord la fonction « Virtual boot » qui permet d’ouvrir une image telle une machine virtuelle et utilisable directement depuis un disque dur externe ou un serveur réseau, avec mise à jour en quasi-temps réel à la clé de l’image. La restauration de l’image peut se faire sur une autre machine. On peut considérer qu’il s’agit la d’un PRA pour poste de travail. Il y a ensuite une fonction similaire mais  pour les serveurs cette fois. Ca s’appelle « head start restore ». Là l’image est régénérée sur un serveur virtuel. Si le serveur Windows “tombe”, l’image peut être aussitôt et automatiquement récupérée. Cela redémarre comme un serveur virtuel (hyperV ou VMware) avec base de données à jour. Ce pour 900 euros, ce qui n’est pas grand-chose eu égard au service rendu et à la taille des entreprises principalement ciblées.  On peut dire que cela peut être idéal pour des revendeurs. Ceux-ci peuvent disposer, sur leur propre serveur, de l’image et la sauvegarde du client, afin d’opérer un redémarrage ultra rapide en cas de crash. Le revendeur peut commercialiser ce service en plus de la licence du logiciel ! Au passage, on hérite de la consolidation et de la vérification automatique des images de sauvegarde, à une fréquence déterminée par le client final. Et l’on accède aussi à une console d’administration réseau facilitant pour le décideur dans l’entreprise le pilotage de l’application, son installation et le   déploiement d’applications, la planification, la récupération, etc. Je dirais qu’on a là une grande simplicité d’utilisation, quand bien même les fonctions de PRA sont très sophistiquées. Notez qu’en option, la solution peut-être enrichie du module Shadow protect GRE Granular recovery for exchange), soit un outil super puissant pour administrateur qui peut récupérer les données individuelles des comptes exchange avec granularité.

Cela coûte combien, et qui ciblez-vous pour distribuer cette solution ?

729 euros ht pour le produit serveur et 200 euros pour l’Image Manager Pro. Nous sommes à la recherche de revendeurs, de VAR, de VAD. Tous ces gens-la peuvent être rassurés quant à notre politique indirecte a 100% !
Plus d’infos ci-dessous sur StorageCraft et notamment sa capacité à restaurer sélectivement les courriers effacés ou perdus sur un serveur de messagerie Exchange (1)

Que pouvez-vous nous dire sur l’actualité d’Athena GS et sur sa position actuelle sur le marché ?

Nous allons prochainement participer à IT Partners, et une fois n’est pas coutume sur deux stands différents, le second étant consacré aux tableaux numériques interactifs de la marque dymo mimio (division Education d’AGS). Globalement, tout va bien chez Athena GS. Notre exercice clos à fin septembre, a fait apparaitre un CA de 8 millions euros (+15%), ce qui est un bon résultat compte tenu de l’état de l’économie… De plus, nous avons une très bonne santé financière. Ce qui nous a permis de recruter et d’investir dans divers domaines. Nous avons également lancé il y a quelques jours la V3 de notre portail revendeurs. A la clé: une gestion des licences facilitée, la facturation en ligne et de nombreuses de petites améliorations en tous genres.

Je crois que vous vouliez profiter de notre rencontre pour évoquer un futur projet qui vous tient à cœur…

C’est exact. Il s’agit d’un projet de service pour revendeurs, a l’horizon 2011. Quelque chose de vraiment nouveau sur le marché des PME. Si pratiquement toutes les entreprises, même les plus petites, ont un site Web, beaucoup de ces sites sont truffés de failles plus ou moins graves. Notre concept ? Un service d’audit de site Web permettant aux PME ou à leurs fournisseurs de service de corriger ensuite ces failles. Le tout a un tarif très bas. Et ce service, je tiens à le préciser, sera intégralement commercialisé par le réseau de revendeurs, ce qui est une excellente nouvelle pour eux et la promesse d’une valeur ajoutée supplémentaire. Ils ont vraiment bien fait de travailler avec nous !

(1) Dorénavant les boîtes aux lettres, courriels et pièces jointes peuvent être restaurés aisément à partir de sauvegarde StorageCraft sur serveur de messagerie Microsoft Exchange. C’est grâce à ShadowProtect Granular Recovery for Exchange que tout cela est possible. Présentée par son éditeur comme la solution idéale pour offrir aux administrateurs systèmes, la possibilité de restaurer les boîtes aux lettres individuelles, les courriels et pièces jointes, cette solution s’intègre dans un process global de plan de reprise d’activité afin de minimiser le temps d’indisponibilité de la messagerie suite à un incident survenant sur un serveur de messagerie Exchange.  Elle apporte également le moyen d’assurer une migration complète d’un serveur de messagerie sur un autre serveur physique ou virtuel.  En conjonction avec ShadowProtect Server ou ShadowProtect Small Business Server, les administrateurs peuvent ainsi restaurer des boîtes aux lettres entières ou de données spécifiques dans chaque boîte aux lettres – comme des e-mails et fichiers ou dossiers en pièce jointe – sans pour autant restaurer la totalité de la base de données Exchange. Ils peuvent choisir de restaurer le message et l’information souhaités directement dans leur serveur de production ou vers un nouveau fichier PST. Avec cette solution, la restauration de boîtes aux lettres Exchange ou d’e-mails ne prennent que quelques minutes au lieu de plusieurs heures autrement.
« La récupération de données d’Exchange n’est pas toujours très simple à effectuer, notamment pour les PME qui possèdent rarement de ressources dédiées », explique Thierry Cossavella, « Pour les revendeurs assurant la maintenance et les administrateurs du SI des entreprises, la solution de StorageCraft facilite grandement la tâche dans de nombreux cas de reprise sur incident ou de perte de courriels importants, sans compter la souplesse qu’elle apporte lors de la migration de la messagerie vers un autre serveur. »