Memup : On n’a pas tous les jours 20 ans…

Stratégies Channel

Bilan post-adolescence pour le fabricant français et son Directeur Marketing et communication, Pierre Girard, rencontré il y a quelques semaines à Paris…
Memup, la petite entreprise qui ne connaît pas la crise, fête bientôt 20 ans de succès !

Malgré le marasme économique de ces dernières années, la société fondée en 1991 (sous le nom Modul Burotic) a su adopter une stratégie anti-crise. Comment ? En accélérant au maximum le développement de ses gammes, sans licenciement ni réduction de ses investissements. En mettant au contraire les bouchées doubles. En s’imposant comme le spécialiste des loisirs numériques en France. Le point en 2010 sur une success story à la française et l’occasion de retrouver Pierre Girard, son Directeur Marketing et Communication, que nous avions déjà rencontré il y a quelques mois à l’heure du passage de la firme française à un modèle 2-Tier.

Un Pierre Girard qui explique que, en dépit d’un contexte économique européen défavorable, l’entreprise voit l’avenir avec sérénité en continuant à innover et investir sur de nouvelles technologies afin d’assurer sa croissance organique et consolider ses structures existantes. Memup pourrait aussi  passer par de la croissance externe pour accélérer cette dernière et  a d‘ores et déjà mandaté ses partenaires financiers sur ce dossier.

20 ans et beaucoup de succès

En attendant, Memup va donc fêter ses 20 ans en 2011. La firme et son PDG Franck Kalifa ont su, au long des années, mener une croissance régulière et raisonnée. Trouver un équilibre et assurer une montée en puissance de ses gammes de produits et de ses canaux de distribution (alimentaires, spécialisés et e-commerce, VARs, SSII, grands comptes).

Le fabricant revendique aujourd’hui la place de leader sur le segment des disques durs 3,5’ (multimédia et stockage externe), de premier de la classe en matière de disques durs multimédias, de marque française majeure sur le segment (déclinant mais toujours important) du MP3. Et, avec la réorganisation de ses équipes et de ses gammes, la firme se donne comme objectif le retour prochain dans le top 3 flash et clés USB. Sur le plan géographique, Memup est leader au Portugal sur le segment du disque dur multimédia. A noter qu’un directeur international a été recruté, en l’occurrence Laurent Samama (transfuge de chez Packard-Bell). Un coup de « boost » généralisé à l’international, adressé à 100% en indirect, est du reste au programme, avec un renforcement des territoires suivants (Espagne, Portugal, Allemagne), le développement du Benelux et du Maghreb, tandis qu’à terme Italie et Grande-Bretagne devraient à leur tour bénéficier de l’ambition de Memup. 

Pierre Girard indique : « Memup affiche un CA de 50 M€ dont 35 % réalisés à l’international ; l’objectif étant d’atteindre à l’international 50% du chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année fiscale. Avec la signature et la consolidation de partenariats technologiques majeurs (fabricants de disques et de processeurs, notamment), nous disposons d’une indéniable visibilité et d’une capacité à anticiper process et flux. » Il ajoute que l’entreprise a aussi progressé structurellement, notamment parce que, en dépit de la crise, a su consolider ses équipes internes (près de 50 collaborateurs en France, 75 dans le monde) en continuant à embaucher et à se développer – par exemple, avec le recrutement d’un chef de produit « pro » pour développer la gamme de disques durs externes dédiés à ce segment de marché.

Pierre Girard nous dit : « Nous avons su investir en période de crise pour en profiter en sortie de crise ». Un choix intéressant pour une petite entreprise, mais qui dispose d’un schéma de fonctionnement digne d’une grande structure. Memup a du reste au passage réorganisé ses équipes R&D et innovation technologique. Mieux : elle a créé un centre de recherches (Memup Labs) en étoffant ses équipes dédiées en France comme en Asie. Optimisant les flux logistiques, de production et les process industriels en termes d’assemblage (lignes redesignées), Memup a également « mis le paquet » sur le SAV, optimisant notamment de manière constante ses supports online et ses hotlines.

Gammes élargies

Le fabricant français poursuit constamment depuis des années l’élargissement de ses gammes et de ses accessoires (audio et casques notamment), lesquels sont proposés à la vente aux côtés de pièces détachées sur sa boutique en ligne, Memup Store, qui n’a que quelques mois d’existence (elle a été lancée le 21 juin dernier en France).

Enrichissant sans cesse ses produits en termes de fonctionnalités, sans rogner sur la simplicité d’usage (avec interfaces repensées), Memup se projette dans le futur avec la mise au point de nouvelles gammes innovantes, des produits ‘haut de gamme’, des gammes multimédia évoluées, etc. Au programme le développement de solutions de sécurité (clés et disques durs sécurisés) et de services (récupération de données, …). Côté professionnel, la gamme Memup Pro (stockage, NAS, DAS, 2 baies, 4 baies…) met l’accent sur les intégrateurs VARs et les SSII afin d’adresser les grands comptes et les administrations publiques. Une démarche appuyée par la signature de contrats paneuropéens et de partenariats industriels avec des leaders mondiaux sur leur marché.

Memup, entreprise citoyenne, entreprise écologique

Memup revendique son statut d’entreprise française et citoyenne : tout est assemblé en France malgré la concurrence, le dollar et les délocalisations des concurrents. De ce fait, le fabricant et son PDG Franck Kalifa, ont été régulièrement consultée par les instances gouvernementales dans le cadre des missions « Made in France ». D’autant que l’entreprise travaille en outre sur le volet « éducation » (Student Key) et se montre très présente au sein des conseils généraux. Côté « green IT », le fabricant indique que, pour contribuer à la réduction de l’empreinte carbone, il  a drastiquement réduit la dimension de ses packagings (de plus de 50 %) et a supprimé un maximum de matériaux non recyclables. Dans le cadre de sa politique environnementale, baptisée « Green Start », le fabricant met à disposition les manuels de ses lecteurs MP3 en PDF sur Internet et intègre tous ses manuels utilisateur et logiciel de conversion vidéo directement sur la mémoire de ses lecteurs multimédia. Ses disques durs intègrent des boîtiers multimédia et/ou externes à basse consommation (dont certains ont déjà été primés). Et Memup compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin. Pierre Girard évoque notamment des packagings encore plus respectueux de l’environnement. 
Sur les segments B2B, le Directeur Marketing et Communication explique que Memup a été pionnier avec un produit comme le Q1 puis au travers de produits de type NAS, avec une montée en puissance rapide mais régulière dans ce domaine.

Partenaires

S’agissant des partenaires, Pierre Girard évoque une forte implication auprès d’acteurs tels que SCC, LNA, Top Info ou Computacenter, pour ne citer qu’eux. « Nous avons mené depuis quelques mois un vrai travail de fond auprès des VARs et SSII avec des produits divers (disques durs, NAS, clés USB sécurisées, etc.). Nous avons souvent engrangé de beaux succès dans nos réponses communes à des appels d’offres. Je pense à l’Education Nationale, aux Ministères de l’Intérieur, de la Justice ou de la Défense ». Une expérience qui a été salutaire au fabricant qui lui permet ces jours-ci de lancer
une nouvelle clé hautement sécurisée (AES 256 hardware) baptisée « Safe Key ».

A l’heure où les technologies mises en œuvre vont de l’USB3 (prochainement généralisé à toutes les gammes) au Gigabit, et pour les produits multimédias à la HD et à la 3D, Pierre Girard démontre que la sécurité est un puissant vecteur d’innovation. Ce, sur différents types de produits, à commencer par les disques durs et les NAS/DAS. Parmi ces derniers, des produits seront résolument orientés sur le monde Mac dans les prochaines semaines.
Bref, pour Memup, il est temps de passer d’une image de marque B à celle de marque A, titre de gloire qu’elle peut revendiquer sans honte sur de nombreux segments grand public, où la concurrence internationale ne fait pas peur au « petit français » qui monte !