Reprise d’activité transformationnelle dans un univers hybride : physique, virtuel, cloud-computing

Stratégies Channel

Ces dernières années, la virtualisation et le cloud-computing ont été présentés comme la panacée pour le secteur informatique et, dans un contexte d’incertitude économique, ces deux environnements peuvent aider les entreprises à tirer le meilleur parti de leurs infrastructures serveur et de stockage existantes. Ces deux technologies se retrouvent une fois de plus au cœur du débat, mais quels effets ont-elles réellement en matière de sauvegarde et de restauration ?

Par David Junca, Directeur Général Acronis Europe du Sud
 
 Dans le monde d’aujourd’hui, pour leurs stratégies de reprise d’activité après sinistre, les entreprises peuvent choisir entre trois plates-formes : physique, virtuelle et de cloud-computing. Chacune de ces plates-formes présente des avantages et pose un certain nombre de défis. Certaines entreprises choisiront de conserver uniquement un environnement physique, d’autres opteront pour la virtualisation et les plus téméraires choisiront d’implémenter une plate-forme physique, une plate-forme virtuelle et une plate-forme de cloud-computing.

La réussite du plan de sauvegarde et de restauration d’une entreprise dépend de la disponibilité de ses systèmes et de l’impact de l’interruption de son activité en termes de perte de revenus et de clients, quel que soit l’environnement de ses systèmes et de ses données. Toutefois, en termes de reprise d’activité après sinistre, les services de cloud-computing et la virtualisation offrent des possibilités des plus intéressantes.

Pour les PME, le succès d’un service dépend de sa capacité à offrir une simplicité d’utilisation, un rapport coût-efficacité intéressant et une certaine flexibilité, ainsi que de sa capacité à implémenter rapidement de nouvelles mesures de façon à ce que l’impact sur l’activité soit quasi immédiat. Les services de cloud-computing et la virtualisation répondent tous deux à ces exigences.

Prenons par exemple les services de sauvegarde en ligne (cloud-computing) : ils sont faciles à configurer et à utiliser, avec une courbe d’apprentissage réduite, ce qui est essentiel pour les responsables informatiques dont le temps est particulièrement précieux. Vous avez uniquement besoin d’un ordinateur, d’un navigateur et d’une bonne connexion Internet. Dans le cloud-computing, aller au-delà de la sauvegarde basée sur les fichiers est une des perspectives d’avenir parmi les plus passionnantes. Aujourd’hui, les PME n’ont souvent pas suffisamment de ressources pour avoir leurs propres centres de données. Demain, les entreprises pourront implémenter une stratégie complète de reprise d’activité après sinistre dans le cloud-computing afin de supporter leurs plans existants de sauvegarde et de restauration physiques sur site. Cette combinaison de technologies permettra aux PME de bénéficier d’une protection optimale et de gérer plus facilement la continuité de leur activité. Elles pourront sauvegarder et restaurer intégralement, à distance, des fichiers, des applications et leurs systèmes d’exploitation.
 
Pour ce qui est de la virtualisation, les entreprises s’éloignent du modèle où elles avaient à demander le budget nécessaire au déploiement de serveurs physiques, à commander le nouveau matériel, à monter les serveurs et à procéder à leur installation. Cette procédure pouvait durer trois semaines. Aujourd’hui, il vous suffit de cliquer avec le bouton droit de la souris, puis de cloner et d’ajouter un nouveau serveur. Vous êtes à nouveau opérationnel en moins de 30 minutes. Les entreprises bénéficient ainsi d’une plus grande souplesse et peuvent réduire leurs dépenses.

Nous vivons en réalité dans un monde hybride. Harmoniser les avantages de ces trois technologies fondamentales, gérer la transition entre les différents environnements et déterminer la meilleure combinaison possible pour votre entreprise témoignent d’une véritable avancée en matière de stratégie de reprise d’activité après sinistre. Les trois plates-formes (physique, virtuelle, cloud-computing) ne constituent pas nécessairement la solution qui permettra de surmonter définitivement tous les défis de la reprise d’activité après sinistre (et qui sait ce que nous réservent les 10 prochaines années).

Cependant, elles font indubitablement avancer les PME dans la bonne direction en leur offrant souplesse, réduction des dépenses, choix et performances, ainsi que la solution la plus complète actuellement disponible sur le marché.