NextiraOne: 2010, année du retour à la croissance ?

News Channel

Foucault de la Rochère, Directeur Général de NextiraOne, vient à l’occasion d’une conférence de presse de révéler les résultats de sa firme pour l’exercice 2009 qui n’aura pas été une partie de plaisir… En revanche, il s’avoue prudent mais confiant pour l’année 2010 qui va voir NextriraOne mettre un peu plus le focus sur ses développements concernant le data center et la communication unifiée, en France comme à l’international.

« 2009 a été une année difficile, explique Foucault de la Rochère, mais plus contrastée que les chiffres n’en donnent l’apparence. » Pour le DG de NextiraOne, nul envie de minimiser l’impact de la crise économique qui a frappé l’industrie informatique et « dont on ne sait [d’ailleurs] pas si nous en sommes complètement sortis ».

Et pour cause : l’industrie a subi des baisses en volumes de 20% sur le secteur voix/ToIP et de 6% sur la partie réseau, pour un ralentissement global de 4,2% du marché sur la zone Euro. « Nous avons souffert comme l’ensemble de la profession », reconnaît le dirigeant de l’ex-division réseau d’Alcatel.

Il n’en reste pas moins que l’entreprise s’en tire à bon compte avec un chiffre d’affaires global de 1 milliard d’euros dont 325 millions pour la France. « En légère décroissance mais les résultats restent positifs », rassure Foucault de la Rochère. Le développement à l’international (dont les ventes ont progressé de 13%) et le secteur public (« qui a joué son rôle d’amortisseur de crise en rattrapant son relatif retard ») ajouté à la base clients installés et une politique de partenariats dynamique ont limité les dégâts.

Surtout, le marché des moyennes et grandes entreprises qu’adresse NextiraOne a clairement moins souffert de la crise que celui des PME.

L’intégrateur conserve donc sa position de challenger en France. Avec ses 45 000 clients en France, « nous nous positionnons comme le numéro 2 en France derrière Orange Business Services », considère le dirigeant.

Des prévisions difficiles

Fort de cette position, NextiraOne compte bien profiter de 2010 pour relancer ses développements. « Il est difficile de faire des prévisions, les ambitions [du secteur] restent modestes avec une croissance de 0 à 2% même si le premier trimestre montre une activité plutôt soutenue au niveau de l’avant-vente. » Bref, l’optimisme s’installe mais le dirigeant reste prudent « car il n’y a pas de tendance de fond ».

Il y a néanmoins des secteurs porteurs. L’international, toujours, où NextiraOne couvre pas moins de 80 pays, en direct ou via des partenaires. L’intégrateur compte bien profiter de sa position d’acteur agnostique en matière de solutions et de technologies pour adresser les bases hétérogènes. « Notre objectif est d’amener les clients vers une base homogène », plus simple à gérer et, donc, facteur d’économies.
Autre priorité de développement, la communication unifiée en pleine croissance. « Rien de nouveau en soi », admet Foucault de la Rochère. Mais les prestations vont se renforcer sur les postes de travail métier (notamment pour les centres d’appel), la virtualisation du poste de travail, sa mobilité, la sécurité du réseau IP et la sécurité physique avec le marché grandissant de la vidéo surveillance. « Les entreprises profitent de leur infrastructure IP pour installer un système de vidéo surveillance [désormais attractif financièrement] », justifie Anne Le Port, directrice marketing de NextiraOne France.

Le secteur porteur du data center

Enfin, l’intégrateur va se renforcer sur le secteur du data center « qui devient le coeur IT de l’entreprise », précise Foucault de la Rochère. Des centaines de PABX disséminés un peu partout dans les organisations se voient désormais remplacés par un centre de données avec VoIP et postes virtualisés. Un complément en symbiose avec les solutions de communication unifiée.
NextiraOne n’adressera cependant pas l’ensemble des marché du data center, dans un premier temps du moins. « Nous nous concentrerons sur le cloud privé interne », prévient Anne Le Port. Autrement dit, équiper les clients en solutions et services qu’ils opèreront en interne, que le data center soit présent dans les murs de l’entreprise ou hébergé. Le cloud public n’est pas oublié mais sera abordé par l’intermédiaire des partenaires, notamment les opérateurs (au premier rang desquels SFR Business Team). Si NextiraOne compte bien compléter ses compétences dans les domaines serveur et stockage (en plus de l’habituel réseau, services et sécurité), l’environnement (salles blanches) restera l’apanage des partenaires.

La santé et l’éducation en forte croissance

L’intégrateur profitera également de la tendance des entreprises à réintégrer le WAN (profitant du coût désormais abordable des routeurs MPLS pour les grandes entreprises et administrations) mais aussi sur le développement de l’image (videoconférencing, IPTV sur l’intranet) pour proposer ses services. Dans les secteurs verticaux, la santé et l’éducation présentent également de nouvelles opportunités pour le prestataire.

Dans le domaine de la santé, NextiraOne développe notamment, en partenariat avec MaSanté, un portail interfacé avec le système d’information de l’hôpital (données patients, imagerie médicale, facturation…). Le tout prenant place sur un écran utilisé par le patient pour ses loisirs et qui se transforme en outil de travail lors de l’arrivée du médecin. Côté éducation, NextiraOne a livré 250 écoles du cycle primaire en tableaux blancs interactifs (TBI), en partenariat avec Smart, dans le cadre du plan ENR (Ecoles numériques rurales). Un TBI qui, couplé à une solution de visioconférence, intéresse d’ailleurs de plus en plus les entreprises, note Anne Le Port.

Malgré la prudence mesurée de Foucault de la Rochère, 2010 s’annonce plutôt comme un bon cru. « Cela faisait longtemps que nous n’avions pas vu un tel niveau d’activités au premier trimestre, la confiance revient sur le marché », insiste le dirigeant. « 2010 devrait marquer un retour à la croissance interrompue en 2009. »