Restaurer ou supprimer les données, même combat pour Kroll Ontrack

Stratégies Channel

Spécialiste de la restauration des données, la société Kroll Ontrack se lance dans la suppression des informations sur disque dur. Ontrack Eraser vient d’être lancé à destination des professionnels.

« Lorsque vous croyez supprimer une donnée ou vider une corbeille, les utilisateurs pensent qu’un fichier disparaît. Pourtant il n’en est rien, subsistent toujours des traces numériques. »  explique d’emblée Marc Daniel, responsable technique de Kroll Ontrack en France.

Afin que les entreprises puissent conserver la mainmise sur leurs données et informations, le spécialiste de la restauration de données propose désormais de nouveaux services. Ontrack Eraser vient ainsi d’être annoncé par la société. Un logiciel qui permet d’effacer, de manière sécurisée, des données aussi bien in situ qu’à distance.

Paul Dujancourt, DG de Kroll Ontrack de l’hexagone (voir l’interview qu’il nous a accordée), explique l’intérêt de ce nouveau produit : « Il existe trois manières de supprimer des données présentes sur un disque dur. L’effacement, le dégaussage (ndr : démagnétisation par aimant), ou bien encore le broyage. La technique la moins onéreuse s’avère être l’effacement simple mais total. »

Ainsi, avec un effacement total, il devient impossible des retrouver des fichiers, voire des informations concernant un ou plusieurs fichiers. De quoi pousser Kroll Ontrack à s’intéresser à ce domaine et aux sociétés, notamment celles spécialisées dans le recyclage, auxquelles est proposée une solution au tarif de 12 euros par effacement (pour 100 effacements au moins).

Dans la foulée, l’éditeur propose une autre façon de supprimer définitivement les données présentes sur un disque dur. Là, c’est la méthode de la démagnétisation ou dégaussage qui est exploitée. Le disque dur à « détruire » est inséré dans l’Ontrack Eraser Degausser 3.0, soit un aimant géant pesant pas moins de 80 kg. «La chaise électrique du disque dur ! » lance Paul Dujancourt. Un produit qui ne peut convenir qu’à des sociétés visant des suppressions définitives et répétées des données, car l’appareil s’affiche tout de même à à 14.500 euros HT !

Article initialement publié sur Silicon et adapté par GC