Pourquoi adopter Windows 7 ?

Stratégies Channel

Un peu moins de 3 ans après la sortie de Windows Vista, Microsoft lance Windows 7, dernière mouture de la gamme des systèmes d’exploitation de poste de travail. Après l’accueil mitigé réservé à Windows Vista tant en terme d’image que d’adoption (moins de 20% des entreprises l’ont déployées), Microsoft aborde une période capitale au sein d’un marché où il connait une situation de quasi-monopole depuis plusieurs années, mais où se profilent de futurs concurrents tels que Google. Avec plus de 96% de parts de marché, dont 72% des postes de travail disposent de Windows XP dont la sortie officielle remonte à octobre 2001, Microsoft se lance le défi de redorer son image sur le secteur et de convaincre l’ensemble de ses clients des biens-faits d’une migration vers Windows 7.

Par David Reverdy, Manager Avanade

Microsoft évalue entre 12 et 18 mois le cycle d’adoption des entreprises à un nouveau système d’exploitation. Du fait de la crise économique actuelle, qui a entrainé une baisse des budgets informatiques, la frilosité des entreprises pour le lancement d’un projet de migration du système d’exploitation des postes de travail, qui se traduit le plus souvent par des évolutions matérielles et logicielles couteuses, nécessitera un argumentaire fort et persuasif afin de réduire les barrières techniques et économiques.

L’approche de Microsoft, face à cette problématique, consiste à présenter Windows 7 comme une évolution du noyau de Windows Vista qui se place dans une approche d’optimisation du code source afin d’accroitre les performances. Cette approche permet de minimiser les problèmes matériels et logiciels.

Cependant, les interrogations des entreprises sur le sujet sont multiples, nous allons donc essayer de répondre aux deux questions les plus fréquentes.

=> En quoi consiste Windows 7, Quelles sont les nouvelles fonctionnalités qui vont permettre l’amélioration du confort et la productivité des salariés ?

Depuis la première version des systèmes d’exploitation Microsoft, les usages ont changés que cela soit le nombre d’applications lancées en simultanées sur un poste de travail (une moyenne de 5 à 8 fenêtres ouvertes en permanences), le volume de données qui explosent ou l’interconnexion possible avec les environnements extérieurs, que l’on soit dans un bureau ou la maison. Ce constat a permis à Microsoft de définir trois champs d’actions qui regroupent les principales nouveautés de Windows 7.
Premier champ d’action, l’évolution de l’interface utilisateur avec une réorganisation des fenêtres qui permet de fluidifier l’information. Ensuite la possibilité de délimiter le bureau de l’utilisateur afin de comparer des documents. Enfin la création d’un menu « démarrer » applicatif avec la possibilité de visualiser des documents en cours ou de les affecter en tant que raccourcis pour chacune des applications.

Second champ d’action, l’amélioration des solutions de recherche d’informations que cela soit sur le poste de travail ou sur des espaces de stockage externes. Des tests permettent de constater une amélioration des performances de 35% de l’indexation des fichiers. C’est ensuite l’arrivée du concept de « Search Connector » qui permet une recherche rapide de l’information au sein d’espace collaboratif. Enfin la fonctionnalité « Web Slide » présentée avec la nouvelle version d’internet explorer (8.0), permet de s’abonner afin de suivre à intervalle régulier un espace d’information (exemple: vente aux enchères en ligne).

Troisième champ d’action, la possibilité dont disposent les utilisateurs nomades de se connecter à partir de tous types de réseaux sans fils (Wifi, 3G, GPRS…) en utilisant une interface unique et simplifiée. L’idée est de rendre transparent à l’utilisateur la technologie au profit du réseau auquel il se connecte. Cette approche s’articule autour de la technologie « Mobile Link ».

 

Le couple Windows 7 & Windows 2008 R2

Après Windows 2008 et Vista service pack 1, c’est la seconde fois que Microsoft développe conjointement un système d’exploitation serveur et poste de travail. Cela se traduit par un ensemble de fonctionnalités qui nécessitent l’association du couple Windows 7 & Windows 2008 R2. Nous allons nous arrêter sur les deux principales nouveautés.

La fonctionnalité qui éveille le plus de curiosité est « Direct Access », elle permet par une simple liaison internet la connexion en toute transparence des utilisateurs nomades au système d’information de l’entreprise. Au-delà d’une plus grande flexibilité pour les utilisateurs cela offre au service informatique de l’entreprise la possibilité de reprendre le contrôle sur des postes nomades souvent oubliés. A terme destiné à remplacer les connexions VPN,  cela reste complexe à implémenter du fait des pré-requis nécessaires ainsi que les impacts sur l’infrastructure d’accès distants présente dans l’entreprise.

L’arrivée début de 2010 de « Forefront Unified Access Gateway » facilitera l’implémentation et l’exploitation d’une infrastructure « Direct Access ». 
Une autre fonctionnalité qui arrive avec le couple Windows 2008 R2 et Windows 7 est « Branch Cache ». Elle permet d’optimiser le transfert d’informations entre 2 sites de l’entreprise. Configurable par stratégie de groupe, cela consiste à utiliser un serveur Windows 2008 R2 comme cache de fichiers afin d’éviter que deux utilisateurs qui ont besoin des mêmes informations se connectent sur un site distant.

 

Evolution depuis Vista

La dernière catégorie d’évolutions qui arrive avec Windows 7 est l’amélioration des fonctionnalités présentes au sein des précédentes versions de Windows. A ce niveau on retrouve « User Account Control », « Bitlocker » qui prend dorénavant en charge les supports amovibles, l’intégration nativement de « Powershell ». L’ensemble de ces fonctionnalités est configurable par stratégie de groupe ce qui permet une simplicité d’implémentation et une flexibilité de gestion.

=> Quels sont les arguments qui conduisent à choisir Windows 7 ?

Pour une grande majorité des entreprises le dernier déploiement d’une version majeure d’un système d’exploitation sur leurs postes de travail remonte à plusieurs années, au minimum cinq ans, et malgré les retours positifs de la presse et la contrainte d’une fin de support annoncée en avril 2014 pour Windows XP service pack 3 de multiples interrogations accompagnent le sujet.

En période de crise économique le facteur de décision le plus important est le coût. On peut voir son impact à trois niveaux. Le coût de base qui est l’acquisition du produit et l’impact sur le parc informatique de l’entreprise. Puis la partie projet qui se déroule en plusieurs phases de la planification au déploiement. Enfin les aspects d’exploitation au quotidien qui reste la charge la plus importante du fait de sa récurrence.

Le coût d’acquisition

La réduction de coût ne se fera pas sentir au niveau du prix d’acquisition de Windows 7, bien qu’il puisse diminuer selon le volume de licence, mais aussi en fonction du type de contrat dont dispose l’entreprise avec Microsoft. Par contre la véritable amélioration concerne l’impact sur le parc informatique, car même si les pré-requis d’installation sont identiques à Vista, Windows 7 est beaucoup moins consommateur de ressources. Malgré la recommandation technique de Gartner rendant obsolète la plupart des ordinateurs ayant plus de 3 ans, il sera possible selon l’utilisation du poste de travail de le conserver tout en garantissant le confort de l’utilisateur.

Réalisation du projet

La conception d’un nouveau poste de travail constitue un projet d’envergure pour les entreprises du fait de ses multiples impacts. Dans ce domaine plusieurs éléments sont à prendre en compte. Pour commencer la compatibilité applicative, toutes les applications qui fonctionnent sur Windows Vista devraient marcher sur Windows 7 exceptions faites de celles qui se basent sur le code bas niveau du système d’exploitation (exemple : antivirus). Il faut considérer Windows 7 comme un système d’exploitation qui dispose de trois années d’expérience sur le marché avec des éditeurs e
t des constructeurs qui arrivent à maturité. Dans beaucoup de cas les éditeurs proposent des versions compatibles Vista, ce qui permettra de contourner les problèmes de compatibilité pour Windows 7.

D’autre part, l’une des parties prépondérantes dans le cadre de la conception du poste de travail est la création du master de l’entreprise. A ce niveau les évolutions des solutions d’intégration et de déploiement permettent une réduction significative des coûts. Que cela soit le format « WIM » qui permet une flexibilité de gestion de l’image de référence ou de l’évolution des solutions d’installation des drivers. Par rapport à la réalisation d’un master Windows XP, on estime qu’il y a une diminution de 20% du nombre de jours nécessaires pour la conception d’un poste de travail.

Enfin le déploiement, à ce niveau il y a deux scénarios possibles. Le déploiement d’un nouveau poste de travail, pour cela des produits tels que SCCM 2007 service pack 2, ou MDT 2010 permettent de répondre aux besoins. Le second scénario est la migration d’une précédente version d’un système d’exploitation pour laquelle il faut sauvegarder les données de l’utilisateur. Aujourd’hui il est possible d’envisager un scénario de migration des postes de travail complètement automatisé avec une durée estimée entre 25 minutes et une heure au maximum selon la méthode de déploiement d’application.

 

L’exploitation

Une étude réalisée par Gartner en collaboration avec Microsoft démontre, que l’exploitation d’un poste de travail sous Windows 7 coûtera 100 dollars de moins par an que pour les précédentes versions. Le premier facteur de baisse est la consommation d’énergie, qui diminue d’environ 20% grâce à l’optimisation du code du système d’exploitation. Excepté ce point, ce n’est pas en passant sur Windows 7 que l’on constate de manière significative une baisse du coût d’exploitation, mais c’est l’association de l’ensemble des briques liées à Windows 7.
 
•    Premier point, la sécurisation du poste de travail en implémentant les technologies de protection des données telles que « AppLocker et Bitlocker to go » qui permettent d’assurer son homogénéité et intégrité ce qui aura pour effet, de réduire la quantité d’incidents.
•    En second point, l’amélioration des solutions d’administration, qui passe par l’augmentation des paramètres des stratégies de groupe, ainsi que l’arrivée de la version 2.0 de Powershell permet la réalisation d’opération à distance.
•    Troisième point, l’implémentation des fonctionnalités associées au couple Windows 2008 R2 et Windows 7 qui permet le maintien opérationnel des postes nomades et l’optimisation des transferts réseau. Enfin l’utilisation de l’offre « Microsoft Desktop Optimization Pack (MDOP)