Altran voit son plan social retoqué par la justice

News Channel

Le Tribunal de Grande Instance de Toulouse vient de mettre un peu de baume au cœur des salariés d’Altran en annulant, mais sans doute n’est-ce qu’une étape, le plan personnalisé de départs volontaires qu’Altran avait décidé en juin dernier. Le TGI a jugé que les mesures de reclassement externe et les actions de formation étaient insuffisantes.

Annoncé à la mi-juin et suspendu il y a un mois par ce même TGI, le plan social décidé par Altra devait initialement concerner 500 personnes dans l’hexagone, essentiellement dans le secteur automobile. Et, au 9 octobre, selon la direction, le groupe aurait reçu 528 lettres d’intentions volontaires de départ. Elle rappelle également dans son communiqué « que ce plan qui repose sur le volontariat a obtenu l’approbation des instances représentatives du personnel de Paris, Lyon et Sophia-Antipolis, comme du comité central d’entreprise du groupe ». C’est donc sans surprise que la SSII a ajouté qu’elle se réservait la possibilité de faire appel de la décision de justice et qu’elle réunissait dès vendredi son Comité central d’entreprise pour mettre en place immédiatement les mesures complémentaires demandées.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur