Le stockage sur cartouche revient au premier plan pour l’archivage des données

Stratégies Channel

Les préoccupations de politique environnementale liées aux contraintes de coûts amènent les Directions Informatiques à reconsidérer, pour le stockage des données, la complémentarité des offres de systèmes à disques et à bandes. Loin d’un débat opposant frontalement le disque et la bande magnétique, Sony revient sur les avantages qu’offre le stockage sur cartouche pour l’archivage des données.

Par Pascal Loison, Marketing Manager Corporate Channel de Sony France.

Son intérêt est triple : des coûts considérablement réduits, une consommation énergétique revue à la baisse et une robustesse bien supérieure. Un quatrième facteur vient renforcer le potentiel de l’archivage sur bandes, puisque ce dernier permet de répondre aux limitations d’espace et à la dépense énergétique croissante propre aux centres de données. Les enjeux énergétiques et écologiques actuels font des bandes le nec plus ultra des supports de stockage.

D’après les groupes de recherche, les centres de données vont bientôt se trouver dans une situation insoluble où les problèmes liés aux coûts énergétiques se joindront aux problèmes de limitation d’espace. L’une des options possibles à adopter consiste à remplacer les systèmes de stockage sur disque par des systèmes sur cartouches, qui requièrent beaucoup moins d’énergie et qui peuvent être placés hors du centre de données, le cas échéant. A espace égal, une librairie sur cartouches stocke un volume de données bien plus important que les baies de disques.

Un autre facteur est à prendre en compte, d’après le Clipper Group: si le coût de l’électricité reste au même niveau, les dépenses réalisées en 5 ans pour l’acquisition, l’alimentation et le  refroidissement d’un système basé sur disques sera presque 8 fois supérieur aux dépenses représentées par un système fonctionnant sur cartouches…

De nouvelles exigences en matière d’archivage de données

Ces dernières années, le volume de données numériques générées a littéralement explosé. Cette croissance s’explique en partie par les réglementations en vigueur, qui exigent que les données professionnelles soient conservées plus longtemps (vingt, trente ans, voire davantage) pour répondre aux normes de conformité réclamées par Sarbanes Oxley et les directives européennes sur la conservation des données. Un nombre croissant de données est d’ailleurs généré pour remplacer les fichiers multimédia analogiques (pistes sonores, images, films) par des fichiers au format numérique.

D’autre part, d’après les recherches de Sun Microsystems, seuls environ 30% des données sur disque dur sont utiles et consultées régulièrement alors que 40% devraient être conservées dans une archive pour des raisons historiques ou réglementaires. La bande, à la fois robuste et fiable, répond donc parfaitement à la nécessité de sauvegarder et de stocker un large volume de données sur le long terme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur