Le nouveau PDG de Skyrecon fait de sa solution intégrée de sécurité le fer de lance de sa politique

Stratégies Channel

Editeur de sécurité spécialisé dans le noyau Windows, la société française Skyrecon continue de se concentrer sur le marché du poste de travail. Un choix pour l’avenir selon son nouveau PDG, récemment nommé, Patrick Prajs.

Skyrecon propose depuis déjà plusieurs mois sa solution StormShield Security Suite qui inclut dans un seul produit un système anti-intrusion (HIPS), un pare-feu, un antivirus et un antispyware. Cette solution permet aussi de contrôler les applications et les périphériques, ainsi que les connexions réseau.

Tout-en-un

L’intérêt de ce type de solution ? Il réside donc dans l’intégration de nombreux composants au sein d’un produit unique. SkyRecon a ajouté récemment une fonctionnalité de chiffrement des disques durs à la version 5.2 de cette solution de sécurité StormShield Security Suite (SSSS). Elle permet un chiffrement total des disques, y compris les partitions accueillant le système d’exploitation Windows.

Mais si cette partie chiffrement souffre malgré tout de la concurrence d’applications gratuites, comme TrueCrypt qui permet lui aussi de chiffrer des disques durs complets, le positionnement de la société sur la sécurisation du poste de travail est réaffirmé.

Pour Patrick Prajs, nouveau PDG et Président du directoire de Skyrecon, l’objectif est désormais clair : “Notre positionnement sur le poste de travail est certain, explique-t-il. Il s’agit d’un choix technologique qui empêche l’arrivée de concurrents. Pour autant, certains éditeurs utilisent encore la méthode de la base de signatures, même lorsqu’ils parlent d’analyse comportementale. Mais cette analyse est elle même basée sur ces mêmes signatures. Ils réagissent donc après coup.” Il poursuit : “Nous préférons nous placer en amont et aller plus loin que la détection de la faille car on peut bien sentir que désormais, l’antivirus est bien loin d’être suffisant“.

Le nouveau dirigeant de Skyrecon explique en conséquence la manière avec laquelle la société compte continuer à pousser son offre auprès de PME de 500 postes et plus (mid-market) mais aussi auprès des grandes administrations (Universités, Conseil Généraux, etc).

Pour cela, l’éditeur explique avoir recentré ses compétences autour du marché français et des pays limitrophes afin de profiter à plein de la proximité avec les clients. “Tout en gardant un pied aux Etats-Unis, il est important de nous axer sur le marché domestique. Nous avons donc fait le choix de renforcer notre équipe de recherche de 20 personnes cette année” explique ainsi Patrick Prajs.

Sus aux évidences en matière de sécurité

Et puisque la société s’attache à démasquer les failles du noyau Windows, Skyrecon a bien entendu commencé à se pencher sur le prochain Windows 7 (lancé officiellement le 22 octobre prochain). Un nouveau défi de taille car rappelons qu’à l’instar du passage de Windows XP à Vista, le noyau est très différent. On ne devrait pas attendre trop longtemps malgré tout, Skyrecon promettant la sortie d’une solution basée sur Windows 7 dans le courant du premier trimestre 2010. Et Chrome OS de Google ? No comment pour l’instant… C’est sans doute bien trop tôt pour prendre position sur cette question !

En revanche, Patrick Prajs tient à faire savoir que : « SkyRecon possède une large avance sur les autres acteurs de la sécurité en matière de prévention des intrusions. Nous devons valoriser cet avantage concurrentiel afin de renforcer notre position sur le marché. Il est clair, explique-t-il, qu’une protection antivirus ne suffit pas et laisse le poste de travail vulnérable face aux nouvelles menaces. L’approche proactive de StormShield permet de disposer d’une protection automatique du poste, efficace lorsque les signatures d’antivirus ou les correctifs de vulnérabilité font défaut. Avec une technologie aussi performante et unique à laquelle s’associent le dynamisme et la réactivité d’une entreprise à taille humaine, SkyRecon a tous les atouts pour monter en puissance et s’imposer comme le leader incontesté de la sécurité comportementale. »

Notons du reste que les menaces parées sont nombreuses avec SkyRecon. L’éditeur explique que les mécanismes d’attaques bloqués par sa solution comprennent notamment les débordements de mémoire, le keylogging, le piratage des processus en mémoire, la saturation du CPU, le redémarrage sauvage du système, l’élévation de privilèges, les tentatives d’arrêt des protections logicielles existantes sur un poste de travail ou encore les rootkits.
« L’équipe R&D de SkyRecon mène une recherche constante pour se maintenir à l’avant-garde de la sécurité informatique, » ajoute Patrick Prajs. « Cela lui vaut notamment de détecter de nombreuses failles et vulnérabilités du système d’exploitation de Microsoft, avec qui SkyRecon entretient un partenariat très étroit. » Il met donc en avant cette relation privilégiée avec le géant de Redmond, sa politique soutenue d’investissements en R&D, ses nombreuses découvertes de vulnérabilités ainsi qu’une forte culture d’innovation produit.