Press Summit de Juniper en Espagne, les 13 et 14 mai derniers

Stratégies Channel

Faut-il présenter Juniper Networks ? Celui qui se qualifie de « leader des réseaux haute performance » tenait les 13 et 14 mai derniers un Press Summit non loin d’Alicante, à la suite d’un sommet dédié aux partenaires EMEA. Voici, en résumé, ce qu’il fallait en retenir…

Réunion Plénière…

Lors de la réunion plénière, organisée le 13 mai, étaient principalement présents, sans ordre de préséance, autour de John Morris, « EVP Worldwide Field Operations », Alex Gray, VP et Manager Général de la Business Unit « Branch Solutions » Business Unit, Andy Ingram, VP et manager business et marketing au sein de la Business Unit Data Center, David Small, VP Channels EMEA de Juniper (voir son interview en vidéo dans ces colonnes),Gert-Jan Schenk, Senior VP Operations EMEA, Hitesh Sheth l’ExecutiveVP Enterprise Products & Solutions, Lauren Flaherty, Executive VP et CMO et enfin Peter Crowcombe, Directeur « Strategic Partner Marketing » pour la zone EMEA. Du beau monde qui a discouru des forces, des solutions et des perspectives de la firme autrefois concentrée sur une cible d’opérateurs dans le monde et de plus en plus concernée par le marché des entreprises, les grands comptes d’abord mais aussi le SMB.

Après une présentation générale sur la thématique du leadership en matière de networking haute performance, le credo de Juniper dans le monde, l’orateur expliqua que l’entreprise était suffisamment saine et compétitive pour traverser sans encombre les vicissitudes nées de l’émergence de la crise économique mondiale.  Avec ses 2,3 milliards de dollars en cash et investissements, ses 648 millions de dollars consacrés au seul R&D (la firme tient décidément beaucoup à son leadership technologique et veut que cela se sache), ses 7.000 employés dans le monde dont 850 sur la zone EMEA, Juniper peut voir venir et a les moyens de poursuivre une croissance à peine ralentie par l’impact de la crise. Gert-Jan Schenk insiste du reste, dans ce registre, sur l’absence de dettes contractées par sa firme. 



Objectif : élargir le portefeuille clients

Juniper a une base clients très diversifiée, avec beaucoup d’acteurs parmi les 100 premiers opérateurs et membres du classement « Fortune 100 » mondial. D’une clientèle essentiellement composée d’opérateurs, un rééquilibrage est en cours vers de plus en plus de clients « finaux », grands comptes et SMB pour l’essentiel. Andy Ingram explique que l’entreprise a réalisé depuis plusieurs mois des gains réguliers et signifiants en termes de parts de marché. En s’appuyant sur des solutions et des technologies exclusives, Juniper est – selon l’orateur – extrêmement bien placé pour continuer à faire croitre considérablement son activité au cours des prochains mois.  D’autant que diverses études menées en 2007 et 2008 sur l’image de la société auprès des clients montrent que celle-ci est excellente. Que Juniper est perçu comme un leader de l’industrie, comme un partenaire stratégique, comme un choix sensé pour les entreprises quant il s’agit de s’équiper en réseaux. Au-delà des clients finaux, l’entreprise est aussi classée dans le Magic Quarter de Gartner dans divers secteurs de compétences de la firme : firewalls,IPS, SSL/VPN, NAC, Optimization WAN, etc.

En élargissant sa clientèle à des entreprises de tailles variées, Juniper Networks n’a pourtant pas perdu la confiance de nombreux opérateurs dans le monde, et notamment dans la zone EMEA. A preuve, en plus des opérateurs déjà en compte, elle a gagné quelques grands noms en 2008, comme par exemple Virgin en Grande-Bretagne, Portugal Telecom, en Serbie (Telekom Srbija), au Danemark (TDC) ainsi qu’en Arabie Saoudite (STC). Bien sûr, les références également glanées côté entreprises et administrations ne sont pas en reste. Ainsi, par exemple en 2008, Juniper a-t-elle était choisie par l’Université d’Exeter (UK), l’Université de Francfort en Allemagne, le Ministère de la Justice français et toujours en France par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile. Tout récemment, en Arabie Saoudite, le Ministère des affaires étrangères a été conquis. Et Juniper indique que, désormais, plus de 400 lieux dans le monde (ambassades) font appel aux solutions Juniper pour être reliées en permanence à un immense data center basé à Ryad.
Pour conclure son exposé, le premier orateur en vint à évoquer les tenants de l’offre Juniper et de sa proposition de valeur (« value proposition »). Elle tient à l’idée que le réseau haute performances permet aux entreprises de réduire leurs coûts, d’accroitre leurs performances et leur productivité. Est évoqué les choix de l’équipementier pour une offre « scalable » et flexible, qui permet de réduire (comme chez Puma, l’un des clients de la firme), de 41% ses coûts opérationnels de fonctionnement de son réseau et de 44% sa consommation électrique.


Stratégie économique

John Morris, EVP Worldwide Field Operations, exposa ensuite plus globalement la politique économique de Juniper. Une politique qui, en 2009, a tenté de faire la balance entre la réalité économique morose et la création de valeur de l’entreprise, sa capacité à saisir les opportunités se présentant à elle tout en préservant à plus long terme ses capacités financières (réduction de son OPEX, maintenir l’agilité de l’entreprise à court terme, maintenir un compte de résultat solide tout en continuant à investir dans la R&D, …). L’avenir de l’équipementier passe plus que jamais par un centrage sur son métier, sur une offre de réseaux haute performances doté de toutes les qualités suffisantes et nécessaires pour assurer la rentabilité et le succès commercial de Juniper.

Le dirigeant de Juniper Networks explique que le marché sur lequel se trouve Juniper est scindé en trois avec un segment « consumers »,  un segment « enterprise & Public sector » et un dernier segment, celui des « Service Providers ». Les premiers attendent du haut débit, de la mobilité, des contenus à consommer. Les Service Providers comptent aussi sur la mobilité, mais aussi sur une offre de services diversifiée et sur la convergence des réseaux.  Enfin, pour les entreprises et le secteur public, les attentes vont plutôt vers la sécurité, le pilotage de data centers, même si la mobilité fait également partie de leurs préoccupations. SSL VPN  (Juniper est leader dans ce domaine)

Dans la foulée, Lauren Flaherty, Executive VP et CMO de Juniper Networks, évoque les préoccupations des « C » (CEO, CTO, e
tc.) dans l’entreprise et les challenges auxquels doivent faire face des fournisseurs comme Juniper pour les satisfaire.  Ils ont essentiellement trait à la sécurité, la disponibilité des équipements et la réduction des coûts (ce dernier point voyant son importance grandissante en période de réductions budgétaires et de crise économique et financière). Lauren Flaherty révèle que, à l’occasion d’une étude sur les motivations des dirigeants d’entreprises sur les 12 prochains mois, ceux-ci ont évoqué en premier point « la croissance du profit », en deuxième position « l’amélioration de la productivité et de l’efficacité de l’entreprise » et en troisième position « la fidélité de la clientèle de l’entreprise, sa loyauté ». Selon elle, les « C » (CEO, CTO, etc.), ont conscience de l’importance de disposer d’une infrastructure réseau de qualité pour atteindre ces objectifs et de leur impact sur les décisions d’achats en la matière d’autant qu’ils sont plus convaincus de l’intérêt du high performance networking que quiconque dans l’entreprise.   C’est d’autant plus vrai avec les grands comptes et les dirigeants d’entreprise de taille mondiale, qui peuvent s’appuyer sur les technologies et les solutions estampillées Juniper pour mettre en relation au-dessus des océans des milliards d’utilisateurs dans le monde, qu’ils soient chez eux, en situation de mobilité, dans les entreprises, sur les campus universitaires, etc..


Junos for the dummies…*

Les intervenants ont alors évoqué l’importance dans la stratégie produits de Juniper du choix d’un OS unique, baptisé Junos, qui est une exclusivité de la firme et permet quel que soit l’équipement choisi d’offrir un cercle vertueux reposant sur une architecture unique, un OS unique et une seule release à chaque mises-à-jour des systèmes.  A la clef, un gain énorme en matière de simplicité (l’OS est très facile à prendre en main et à paramétrer), de réduction des coûts et de flexibilité des systèmes commercialisés par Juniper. 

A l’appui de ce message, l’étude de Forrester Consulting 2009** qui explique : « le multi-versionning des OS de réseaux sont des tueurs silencieux pour l’efficacité des réseaux » (“Multi-Version Network Operating Systems are the Silent Killers of Network Efficiency”). L’étude de Forrester a montré que le recours systématique et cohérent à Juno est la clé d’entrée pour de nombreuses réductions de coûts et notamment que l’utilisation de Switch et routeurs reposant sur Juno permettait d’économiser jusqu’à 41% des dépenses cumulées !

* Les journalistes européens présents à l’occasion de l’évènement ont reçu, dans leur paquetage,  le livre « Junos for the Dummies » (Junos pour les Nuls) en guise de clin d’œil…

** L’étude réalisée par Forrester Consulting, Inc en février 2009 démontre que l’utilisation de JUNOS et des commutateurs et routeurs de Juniper a permis aux entreprises de réduire les coûts d’exploitation relatifs à un certain nombre de tâches d’exploitation de réseau, notamment la planification et l’approvisionnement, le déploiement, et les événements réseau planifiés et non planifiés. Cette étude a notamment révélé une réduction de 41 % des coûts généraux d’exploitation du réseau d’après les économies réalisées en dollars dans différentes catégories de tâches.
 Le logiciel JUNOS se caractérise, selon l’étude, par une fiabilité de niveau opérateur et une facilité d’exploitation sans équivalent avec tous les produits du portefeuille de Juniper. Dans un souci d’uniformité et de qualité, l’équipementier a adopté une procédure de développement rationalisée de JUNOS utilisant un code source unique, respectant un calendrier de mise à jour trimestriel et s’appuyant sur une architecture modulaire à forte disponibilité qui évite qu’un incident isolé ne provoque l’indisponibilité du système tout entier.


Les solutions Juniper, les derniers lancements

Le moment est alors venu, pour Hitesh Sheth et Andy Ingram, de repartir de la segmentation « High Perfs network/Lower TCO et Choice & Flexibility » pour évoquer l’offre produits de la firme en déclarant « Nous sommes uniques sur le marché. Nous avons l’offre qui peut répondre universellement aux besoins des entreprises, des administrations et des fournisseurs de services». 
Au nombre des produits récemment lancés par Juniper en 2009, sont évoqués l’EX8208 (high performance wide rate 10 GbE switching), l’EX2500 (Wide rate, low latency 24 ports 10 GbE switch for top-of-rack), l’EX2200 (Cost-effective wiring closet and branch solution) et, last but not least, le TX Matrix Plus (présenté comme un système de routage multi châssis le plus flexible de l’industrie et adapté à la virtualisation). Plus récemment, Juniper a lancé les séries  SRX 3400/3600 et SRX 100/210/240/650, ainsi que l’imposant et très puissant EX 8216 (haute densité « wire-speed » 10 GbE switch).

L’ensemble de l’offre repose bien évidemment sur JUNOS, qui offre également des avantages pour sa commercialisation à Juniper, car un seul OS c’est plus de facilité, des procédures simplifiées en interne et une seule architecture qui  améliore le travail de la R&D, offre des temps d’accès au marché plus rapide (« time to market ») et un message plus évident vis-à-vis des partenaires et des clients finaux. Technologiquement cela également permis de faire émerger chez Juniper une nouvelle vision pour les réseaux de Data Centers avec au cœur du schéma de fonctionnement un seul switch logique relié d’un côté à des serveurs, de l’autre aux unités de stockage. Hitesh Sheth explique qu’avant le schéma de fonctionnement était beaucoup plus complexe. Qu’il s’appuyait sur divers connexions Ethernet pointant sur de multiples serveurs regroupés via SAN Fiberchannel aux unités de stockage. Le tout repose désormais sur l’utilisation de châssis virtuels et bénéficie d’opérations simplifiées via l’incontournable JUNOS (et ses mises-à-jours de versions évidentes et rapides).  Une simplification décrite en 5 étapes : 1) Consolider et virtualiser, 2) s’appuyer sur les appliances de sécurité, 3) Réduire le cœur des systèmes et l’agrégation des couches, 4) connecter les data center, 5) Simplifier le management.

Et plus que jamais, en termes de produits, Juniper met en avant ses SRX (« dynamic services gateway) qui offrent de hautes capacités de traitement, agrègent de multiples niveaux de sécurité, plusieurs appareils en un seul, sont encore une fois simples à exploiter, offrent un faible niveau de latence et un provisioning rapide sans que cela au détriment de la consommation électrique (plus faible), de la place occupée et de la planète…  De même la série EX et ses châssis virtuels (avec l’EX4200 et EX8200) et les séries M et MX (pour les liens aux Data centers) sont des armes puissantes pour Juniper afin d’asseoir sa suprématie sur les réseaux hautes performances. D’autant que tant du point de vue OPEX que CAPEX, tant du point de vue de la puissance disponible que de la place occupée par les systèmes Juniper, la firme a la volonté affirmée de t
out faire pour réduire le TCO de ses solutions. Un engagement important en ces temps de crise…


Le Cloud Computing au coeur…

Andy Ingram, VP product marketing, Data center Business Group, est enfin intervenu (avant une séance de Q&A) sur le “Juniper’s Stratus Project”, soit une initiative de l’équipementier dans le domaine ô combien dans l’actualité du Cloud computing. Il explique que des dizaines d’entreprises de taille disposent déjà de leur « private cloud » (Clouds Privés), que les service providers en développé tout autant de « public clouds » et Juniper dit avoir discuté avec tous les principaux acteurs des data centers, y compris IBM avec lequel Juniper a des relations de longue date. L’enjeu pour Ingram est de faire décoller l’importance du réseau, avec des capacités en croissance exponentielle, sans pour autant augmenter la complexité d’un même facteur, car en théorie la complexité progresse simultanément à l’accroissement des systèmes et de leurs capacités. Contrôler la complexité et également les coûts afin qu’ils ne suivent pas l’échelle de croissance exponentielle, c’est la mission de Juniper et Ingram indique qu’on  y arrive avec la vision d’un seul switch logique, dont nous avons précédemment.