L’open innovation & la structuration des processus d’innovation, deux évolutions majeures en matière de gouvernance de l’innovation

Stratégies Channel

Cette étude réalisée par l’Internet Business Solutions Group rapporte que la Gouvernance de l’innovation reposera sur le développement de l’Open Innovation, la structuration et l’industrialisation des processus d’innovation. La combinaison de ces facteurs permettra de réussir et d’accélérer les innovations de rupture. En effet, aujourd’hui, seules 46% des entreprises interrogées estiment réaliser effectivement ces innovations de rupture, qui sont pourtant le but ultime de toutes Directions de l’Innovation.

Par IBSG pour Cisco (photo: L.Blanchard, DG Cisco France)

Cisco Internet Business Solutions Group (IBSG), la division conseil stratégique de Cisco, vient de réaliser une étude portant sur la gouvernance de l’innovation. Cette étude a pour objectif de mettre en exergue les priorités et enjeux des Directions en charge de l’Innovation et vise à mieux comprendre la manière dont est structurée et organisée l’innovation dans des entreprises diversifiées, multi-métiers ou multi-marques, opérant dans des environnements internationaux.

L’innovation, une fonction « institutionnalisée » depuis peu

S’il est vrai que l’innovation est au cœur de la stratégie des entreprises, son « institutionnalisation » est encore récente. 85% des entreprises interrogées ont créé des Directions de l’Innovation depuis moins de 2 ans et 40% d’entre elles datent de 2008. Cela ne signifie pas pour autant que l’innovation n’existait pas auparavant mais tout simplement, qu’aujourd’hui, nous assistons à une évolution fondamentale vers une véritable innovation « métier » qui se situe souvent à la croisée des chemins entre la R&D, berceau historique de l’innovation, et le marketing.

Ces nouveaux Directeurs de l’Innovation s’interrogent sur leur rôle dans l’organisation. Cette étude permet de répondre à leurs préoccupations actuelles, qu’il s’agisse des ambitions et enjeux de ces Directions, de leur place au sein des structures, de leur rôle de conseil auprès des métiers et dans la stratégie globale de la société, de leur mission d’animateur et d’incubateur ou encore de la manière dont elles mesurent leurs résultats. Cette étude met également en perspective les deux évolutions majeures que les Directeurs de l’Innovation pressentent dans les années à venir.

L’Open Innovation, une ouverture sur l’extérieur qui se renforce

L’Open Innovation s’est considérablement développée ces dernières années et se matérialise par le développement de partenariats (avec des fournisseurs, des start-up, le monde académique…) et le co-développement de produits et services avec tous les acteurs appartenant à l’écosystème de l’entreprise. Cette vague devrait encore se poursuivre puisque la quasi totalité des sociétés interrogées confirment vouloir accorder une part beaucoup plus importante et active à l’innovation développée conjointement avec leurs clients.

La structuration et l’industrialisation des processus d’Innovation

L’innovation devrait de plus en plus être positionnée au cœur de la chaîne de valeur de l’entreprise et s’inscrire comme un véritable processus continu permettant la génération d’idées, la qualification et la priorisation de projets et l’expérimentation. La structuration de ces Directions est également de bon augure puisqu’elle laisse présager un développement sans cesse croissant de ces Directions qui, à terme, devrait permettre d’accélérer les innovations de rupture, et faire émerger de nouveaux métiers et business models.
Cette étude qualitative, menée sur le dernier semestre 2008, a été réalisée avec les Directeurs de l’Innovation de 13 des plus grandes entreprises françaises, tous secteurs d’activités confondus : grande distribution, banque / assurances, énergie, Informatique & Télécoms, etc. Ces entreprises sont : Accor, Alstom, Auchan, Axa, Bouygues Telecom, Casino, Crédit Agricole, Groupama, L’Oréal, Orange, Schneider Electric, Société Générale, Total.