Le marché de la photographie numérique met en lumière le marché de la gestion de la couleur

Stratégies Channel

Le marché de la gestion de la couleur a désormais franchi un cap en termes de reconnaissance auprès du grand public en Europe, et est en passe de le franchir en France. Alors qu’il y a encore cinq ans, son matériel dédié et ses problématiques n’étaient affaire que de spécialistes, lesquels jouaient et rentabilisaient volontiers sur la difficulté d’appréhension d’un domaine qui touche directement aux lois physiques de la lumière et de la couleur, les photographes amateurs éclairés s’en sont désormais emparés au grès de leur équipement en matériel de prise de vue et de traitement de l’image.

Par Geoffrey Clements*

Concrètement, aujourd’hui il est très difficile d’obtenir une homogénéité de la chaîne de traitement graphique d’une image, de sa capture à sa retouche en arrivant à son impression. Grâce à la baisse sensible du premier niveau d’équipement, appareil photo numérique reflex et ordinateur équipé d’un logiciel de retouche d’images, les photographes amateurs sont confrontés très vite aux variations sensibles entre l’image affichée sur leur contrôleur numérique, celle de leur écran d’ordinateur et celle imprimée sur leur imprimante jet d’encre couleurs. Ces variations sont le résultat de plusieurs facteurs : l’altération dans le transfert de l’image enregistrée sur le reflex à l’ordinateur ; le rendu de l’image avant et après traitement sur l’écran de l’ordinateur ; la qualité approximative de rendu de l’écran en question ; l’effet de la lumière ambiante sur le rendu de l’écran ; les limites du gamut propre à chaque imprimante et les limites de ce gamut en fonction d’un type de papier précis…

Longtemps les fabricants reconnus du marché, X-Rite, Colorvision/Datacolor, Pantone, Gretagmacbeth ou encore Kodak se sont évertués à proposer des solutions plus ou moins élaborées pour chaque poste à régler : sondes de calibration d’écran, étalonneurs d’imprimantes, systèmes d’éclairage simulant la lumière naturelle, boîte de contrôle des épreuves… Le nombre de nouvelles références s’est considérablement réduit suite aux rapprochements, rachats ou fusions entre toutes ces sociétés lors des deux dernières années. Désormais, deux sociétés, X-Rite et Datacolor, se partagent le marché, avec un avantage certain en termes de chiffre d’affaires de la première.

Au printemps 2008, est apparue sur le marché une solution tout-en-un, la
gamme ColorMunki, qui a eu pour effet de rendre plus accessibles et plus visibles les outils de gestion de la couleur. Adressée tant aux photographes qu’aux graphistes, cette gamme propose des outils matériels et logiciels à même d’apporter une réponse globale aux problématiques de gestion de la couleur. L’excellent accueil public et les résultats commerciaux encourageants confirment que ce type de démarche contribue à démocratiser la gestion et le contrôle de la couleur.

Depuis le lancement du ColorMunki, le marché a bénéficié de l’effet de levier du succès des reflex numériques. Le ralentissement économique mondial, autrement dit la « crise », ne devrait pas affecter trop fortement notre secteur, si on regarde la manière dont le marché de la photographie s’est comporté lors des précédents soubresauts économiques, c’est-à-dire très correctement. La visibilité croissante dans les magasins spécialisés, dans les boutiques photo voire les boutiques informatiques, des matériels de gestion de la couleur ; la meilleure connaissance des vendeurs et conseillers et les relais médiatiques efficaces constituent un excellent socle pour la croissance future. La distribution renforce son organisation et peut négocier les meilleurs prix aux fabricants en ayant des réseaux de partenaires revendeurs concernés et impliqués.

* fondateur et directeur de Colour Confidence, premier grossiste indépendant en Europe de solutions de gestion de la couleur