Le collectif des Salariés de Fujitsu Siemens Computers France communique sur sa lutte en cours

Stratégies Channel

A la faveur d’un communiqué émanant du Collectifs des salariés de Fujitsu Siemens France, on apprend que la lutte continue et même s’amplifie contre les annonces de la direction du groupe de supprimer deux tiers des postes dans l’hexagone à la faveur de la création de Fujitsu Technology Solutions. Réunis de nouveau en AG, le Collectif a décidé de se battre en justice en s’appuyant sur un avocat spécialiste notamment du droit social… Pour info, les salariés de Molex (non loin de Toulouse) viennent d’obtenir une suspension de son plan de restructuration pour des faits similaires à ceux que dénonce aujourd’hui le Collectif de FSC France.

Les Fujitsu en ont plein le dos…

Voici le texte du communiqué :

« Pour la cinquième fois depuis le début du mouvement, le Collectif de Salariés de Fujitsu Siemens, s’est réuni lundi 18 mai 2009 en Assemblée Générale, afin d’organiser sa défense contre la suppression de deux tiers des postes en France (sur un total de 158 salariés), annoncée le 1er avril 2009, jour même de l’annonce de la création de l’entité Française de Fujitsu Technology Solutions.

Suite à l’absence de réaction et d’information d’une partie des membres du Comité d’Entreprise qui s’est trouvé désavoué de la part du personnel, le Collectif de Salariés a choisi un Cabinet d’Expertises, invalidant celui proposé par le CE. Le Cabinet d’Expertises a rendu un rapport édifiant et le Collectif a mandaté son propre avocat du barreau parisien Maître Charles Cantegrel (Spécialiste de Droit Social et du Droit des Communautés Européennes) pour le représenter et défendre ses intérêts.

S’appuyant sur le rapport du Cabinet d’Expertises et l’analyse de son avocat, le Collectif a assigné en référé, la direction générale, le Comité d’Entreprise et le syndicat autonome ‘’maison” SAGS, par l’intermédiaire des organisations syndicales CFTC, CGT, FO et CFE-CGC, au Tribunal de Grande Instance de Pontoise, pour les motifs suivants :
– Absence du Comité Central Européen et de Comité de Groupe
– Absence de négociations de la Gestion Provisionnelle des Emplois et des Compétences (préalable à un plan social)
– Consultation tardive du CHSCT pour avis
– Suspicion d’entente entre certains membres du CE et le syndicat autonome SAGS avec la Direction Générale France
– Non-conformité sur la présentation des catégories professionnelles
– Insuffisance générale du plan de sauvegarde de l’emploi

Suite à cette assignation en référé au Tribunal, la direction générale FTS s’est retrouvée contrainte à entamer des ‘’négociations” contrairement à son attitude initiale et a dû suspendre la consultation du CE. La Direction souhaiterait-elle arriver à un accord avant le 28 mai 2009 date officielle du procès au TGI de Pontoise ?

Le Collectif s’est également entouré des conseils expérimentés d’un responsable syndical CGT et ancien collègue Fujitsu Siemens, Jean-Claude Cotentin, ayant une grande expérience due aux différents plans sociaux précédents chez Siemens-Nixdorf, Siemens et Fujitsu Siemens. Ce vétéran du mouvement syndical est rompu aux méthodes et manières de procéder des dirigeants de cette entreprise lors des ‘’négociations” de ces plans sociaux, qu’il considère comme de véritables ‘’parties de bras de fer”.

Lors de l’AG, le Collectif des Salariés a pris les décisions importantes à travers des motions adoptées à l’unanimité de l’assemblée :

‘’Toutes décisions ou toutes propositions d’accords devant être pris ou signés pour finaliser le plan social, présentés par la direction générale aux organisations syndicales représentatives devront être préalablement soumises et validées par l’approbation de l’Assemblée Générale du Collectif de Salariés FSC”.

‘’Du fait de la carence d’une partie du CE, l’Assemblée Générale du Collectif a officiellement chargé les organisations syndicales pour le représenter et pour défendre leur emploi, avec l’aide et l’expérience de son avocat Maître Charles Cantegrel‘’.

Le Collectif considère, qu’un constructeur informatique tel que Fujitsu, 4ème au rang mondial, doit prendre ses responsabilités et financer honorablement un plan social, au même titre que l’ont fait nettement mieux ses concurrents directs tel que NEC, HP, SUN … ; que les salariés FTS ne doivent pas ‘’payer les pots cassés” d’une nouvelle et énième réorientation stratégique.
En conclusion, les salariés FTS sont fortement mobilisés pour ne pas accepter des mesures au rabais et ils sont déterminés à défendre leurs propositions lors de la première réunion de ‘’négociations” mercredi prochain (20.05.09) qui mettra pour la première fois en présence sur le même court, l’avocat du Collectif des Salariés et celui de la direction générale. La balle est à ce jour dans le camp de la direction générale de Fujitsu Technology Solutions, à elle de bien nous servir !

Signé : Collectif de Salariés Fujitsu Siemens Computers France ».