Gartner s’exprime sur l’affront fait à Intel

Stratégies Channel

Martin Reynolds, Managing VP « and fellow » de Gartner a commenté la décision de la Commission Européenne à l’encontre d’Intel.

La décision de la Commission, dit Martin Reynolds, cite des activités anticoncurrentielles d’Intel dans le monde entier, et évoque en particulier des remises structurées de façon à verrouiller l’émergence et le succès des produits AMD. L’amende record d’ 1,04 milliard d’euros est à la hauteur de l’impact en Europe de ces activités incriminées. D’autant que la commission cite aussi des activités dissimulées, sans doute un facteur aggravant justifiant l’amende. Pour couper court à ces pratiques, la Commission exige qu’Intel cesse d’utiliser des remises de fidélité, eu égard à sa position dominante (l’UE évoquant une part de marché au moins égale à 70%). Parce que l’achat, les remises accordées et la fabrication ont pu avoir lieu dans d’autres pays du monde, cette décision a des implications mondiales pour Intel, car les amendes sont importantes et ont vocation à faire revenir Intel dans le droit chemin.

Il ajoute : « La Commission a cependant noté que l’enquête ne révèle pas de restrictions de type contractuelles mais plutôt une pression faite au moment des ventes dans les relations directes avec ses clients. » Il indique que la décision va sans doute provoquer un changement significatif dans les conditions de fonctionnement du marché. « Les parts de marché du duo Intel-AMD sont susceptibles de rester à peu près alignées sur leur capacité de fabrication, ajustée en fonction de leurs capacités technologiques respectives. Intel va payer son amende, et sans doute passer à la loupe ses relations avec les acheteurs pour se protéger contre une nouvelle accusation de mise sous influence des clients. Cela dit, AMD ne recevra pas un euro de l’amende qui va plutôt grossir le budget de l’’Union européenne. Et le plus grand défi qui se présente pour Intel va continuer d’être la croissance du marché, et non pas de sa part de marché.

Et il conclut: « Toutefois, la décision ouvre la voie à des poursuites civiles contre Intel, la principale affaire devant encore être jugée au cours d’un procès programmé dans le Delaware en 2010. »