ARCEP : Jean-Ludovic Silicani appelé sans doute à remplacer à la présidence Jean-Claude Mallet, démissionnaire

Nominations

Tout fraichement nommé à la présidence de l’Arcep, Jean-Claude Mallet vient d’annoncer sa démission pour raisons de santé. On évoque avec insistance pour le remplacer le nom du conseiller d’Etat Jean-Ludovic Silicani. Un choix de compétence, mais aussi très politique pour cet énarque lié de longue date à la majorité et chaud défenseur des lois contre le “piratage” sur Internet.

Il avait succédé il y a très peu de temps à Paul Champsaur, un économiste issu de l’Ecole Polytechnique et spécialisé dans le financement des réseaux de distribution et de communication. Et contrairement à celui-ci, opposé à la loi Création et Internet (HadoPi), Jean-Claude Mallet (53 ans) avait été notamment nommé par Nicolas Sarkozy pour faire taire le début de fronde parmi les acteurs du Net et notamment les FAI face à la loi dégoupillée par les services de Christine Albanel, ainsi que pour « régler » l’épineux dossier de la quatrième licence 3G (Iliad étant toujours l’objet d’un lobbying intense des trois opérateurs dans la place).

Cet ancien secrétaire général de la Défense nationale, qui avait présidé l’an dernier la commission du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, ne sera pas resté longtemps à la tête de l’Autorité. Il vient de démissionner pour raisons personnelles et de santé. Est pressenti pour le remplacer (et cela devrait se faire, car aucune nomination n’a été pour l’heure retoquer par les sénateurs et les députés), Jean-Ludovic Silicani, sur proposition du Premier Ministre.

Silicani, 57 ans, a dirigé dans les années 1990 l’EPBF (Etablissement public de la Bibliothèque de France), avant d’occuper la fonction de directeur de cabinet de Simone Veil, alors ministre de la santé, puis celle de commissaire à la réforme de l’Etat. En 2001, Silicani a été nommé président du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (à ce titre c’était un chaud soutien à feu la Dadvsi et tout aussi chaud soutien de l’Hadopi), avant d’intégrer en 2006 le conseil de la Réunion des musées nationaux.  Il est sorti major en 1980 de l’ENA et est également ingénieur civil des mines et titulaire d’une maîtrise de Sciences économiques.  Il a été aussi membre du comité pour la réforme des collectivités locales.