Querelles internes chez NEC

Stratégies Channel

D’anciens employés de NEC au Royaume-Uni accusent les responsables du siège européen de la société en France d’avoir sacrifié leurs postes en prenant des décisions protectionnistes.

Le mois dernier, le constructeur a annoncé l’arrêt de la production européenne et son retrait du marché, en affirmant ne plus pouvoir affronter les géants HP, Dell et Acer. Selon notre confrère britannique Microscope, NEC ne compterait plus que quatre personnes au Royaume-Uni et trois aux Pays-Bas,  contre près de 80 en France. Par ailleurs, ces employés estiment que le constructeur a toujours favorisé, au niveau de ses usines françaises, le marché des entreprises, alors que la demande britannique se situait davantage au niveau du marché de l’éducation. Rappelons que le patron de la filiale anglais était, ces derniers temps, le français Hervé Le Fell.

Mais les cadres français habitués à travailler avec des britanniques apprécieront surtout le croustillant de la situation : en effet, ce sont habituellement – et souvent – les équipes françaises (et plus largement d’Europe continentale) qui font les frais des décisions des managers anglais dans l’industrie informatique. De là à ce que certains baptisent cela un juste retour d’ascenseur…