Youg’s (Groupe Mulliez) en négociation exclusive avec PPR pour reprendre l’enseigne Surcouf

Stratégies Channel

Depuis des mois le groupe Pinault – Printemps – Redoute (PPR), ne faisait pas mystère de son intention de se désengager de l’enseigne Surcouf. Il vient sans doute de trouver un repreneur : Youg’s, enseigne informatique grand public appartenant au groupe Mulliez, le propriétaire d’Auchan et, dans le domaine informatique, de Grosbill.  Les deux groupes sont entrés en négociation exclusive qui pourrait conduire à une cession simple de Surcouf avant l’été.

Pour beaucoup d’observateurs, Surcouf n’est plus que l’ombre du corsaire fringant et innovant qu’il fut à ses débuts et, surtout, n’a jamais réussi à s’imposer dans l’esprit de sa maison mère qui a continué de privilégier et développer son réseau Fnac. Soumis à d’intenses chutes de prix, concernant presque touts les types de matériels informatiques grand public, Surcouf a connu une baisse de son activité en 2008 : 225 M€ de chiffre d’affaires contre 247 M€ en 2007 (lui même en recul d’un peu plus de 9 % par rapport à celui engrangé un an plus tôt). Et ni le développement de son activité Internet, avec livraison dans tout l’hexagone, ni la création de l’enseigne dédiée aux professionnels Surcouf Pro, n’auront permis d’éviter cette réduction d’activité. Depuis 2006, les Pdg se sont succédés (Gérard de Sède, Alain Delgrande puis Yves Lagier depuis octobre 2007). Et le plan ambitieux de création de magasins en France s’est rapidement interrompu en route. Il n’y a aujourd’hui que cinq magasins, en tout et pour tout, dans l’hexagone, dont trois à Paris RP (Daumesnil l’historique, Boulevard Haussmann et Belle Epine à Thiais) un à Bordeaux et un à Strasbourg. 

Youg’s pour sa part dispose de trois magasins, tous présents dans le Nord de la France (région d’origine de la famille et du groupe Mulliez). Pour ce petit acteur « régional », créée par le jeune Hugues Mulliez en 1999, mettre la main sur Surcouf serait donc le moyen d’obtenir sans grand effort une présence nationale. Et rien n’interdirait pas la suite au groupe Mulliez de tenter une opération de rapprochement entre ses différentes enseignes d’informatique grand public, avec au premier rang Grosbill qui dispose d’un site Web très achalandé. Si la négociation exclusive aboutit comme prévu à un accord avant l’été, le groupe PPR disposera d’atouts supplémentaires pour résister en période de crise économique et de mouvements sociaux à répétition, suite à l’annonce en février dernier d’un plan drastique d’économies devant aboutir à de nombreuses suppressions de postes à la Fnac et chez  Conforama.

A suivre…